SFPQ - Syndicat de la fonction publique du Québec

Fil de nouvelles Abonnez-vous à nos nouvelles

/ Négociation

Manifestation devant le siège social de la Sépaq

Le risque de grève est réel à la Sépaq,  avertit le SFPQ

Les travailleuses et les travailleurs de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) appuyés par d’autres délégations du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) ont envoyé un avertissement au gouvernement Legault : le risque de grève est réel dans les parcs et réserves fauniques. Environ 300 personnes ont manifesté ce midi à Québec devant le siège social de la Sépaq. « Il s’agit d’une première manifestation qui conduira forcément à une escalade de moyens de pression si le gouvernement Legault tarde à délivrer à la Sépaq les mandats nécessaires pour permettre à la négociation d’avancer. Soit des progrès importants sont rapidement faits à la table de négociation, soit l’été sera brûlant dans toutes les régions du Québec. La Saint-Jean-Baptiste, la fête du Canada, les semaines de la construction, toutes les dates importantes sont marquées en rouge dans notre agenda », affirme Christian Daigle président général du SFPQ.

Lire l’article
/ Négociation

Vote en faveur de la grève à la Sépaq

À l’issue d’une tournée de votes, les travailleuses et les travailleurs de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq), membres du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), se sont prononcés à 94 % pour le déclenchement d’une grève générale au moment opportun. Il s’agit d’un pourcentage historique en faveur de la grève de la part des membres de la Sépaq.

Lire l’article
/ Alliances

Le salaire minimum à 12,50 $ - Encore trop loin de la cible

À l’occasion de l’entrée en vigueur du nouveau taux horaire du salaire minimum à 12,50 $ l’heure et de la Journée internationale des travailleuses et travailleurs, les porte-paroles des sept organisations membres de la campagne 5-10-15, dont le SFPQ, tiennent à exprimer leur déception. En campagne électorale, le parti de François Legault, la Coalition avenir Québec, disait vouloir créer des « jobs payants ». Il aurait pu commencer par améliorer le salaire de près de 900 000 personnes qui travaillent sous les 15 $ l’heure, mais il a raté l’occasion. 

Lire l’article
Toutes les nouvelles
Echec aux paradis fiscaux
Journal SFPQ - Suivez-nous!
Les mots du SFPQ! - Blogue de la présidence
Devenir membre
Je m'implique