Coordonnées

  • 418 623-2424
  • 1 855 623-2424
  • 5100, boul. des Gradins, Québec, G2J 1N4

Adresse courriel

communication@sfpq.qc.ca

(Si vous travaillez pour la fonction publique ou parapublique, écrivez-nous avec votre adresse courriel personnelle.)

Le Québec a besoin d’un plan de relance solide à la suite des terribles conséquences sociales et économiques découlant de la situation de pandémie de la COVID-19. Tout le monde est d’accord là-dessus. 

Il faut maintenant décider comment seront employés les milliards de dollars empruntés pour faire face à cette crise. Faut-il tenter de restaurer le tissu industriel existant avant la crise afin de poursuivre dans une logique de croissance économique à tout prix ou est-ce plutôt un moment unique de changer de direction en repensant notre société? Le choix budgétaire du gouvernement sera déterminant pour les années à venir. 

À l’heure actuelle, une poignée de ministres du gouvernement Legault prépare un plan de relance qui, pour le peu que l’on en sait, semble inspiré de la logique économique des années 1980. Outre quelques initiatives intéressantes, l’essentiel des efforts de relance en préparation semble destiné à appuyer les grands acteurs industriels québécois, principalement dans le secteur de la construction. Ces entreprises verront leurs risques assumés par les fonds publics, alors que leurs futurs profits demeureront privés. Ce genre de relance profite majoritairement aux personnes les plus riches de notre société et favorise les hommes, ces derniers étant plus nombreux à occuper des emplois liés à la construction d’infrastructures. Les kilomètres d’asphalte et pelletés de terre sont tangibles et font de belles photos, mais des investissements dans nos services sociaux rapportent bien plus à moyen et long terme pour la population et la société. Cependant, le gouvernement semble consacrer l’essentiel de son énergie à la croissance économique rapide et bien peu pour faire face à la crise écologique ou pour favoriser la justice sociale. 

Est-ce vraiment ce que souhaitent les Québécoises et Québécois ? Le sondage commandé par le SFPQ, effectué par la firme Léger et rendu public dernièrement, à propos de la relance économique démontre plutôt qu’une forte majorité d’entre eux espère une relance solidaire et écologique également. 

Voici quelques exemples démontrant que les intentions actuelles du gouvernement ne rejoignent pas plusieurs des préoccupations des Québécoises et Québécois exprimées dans le sondage.

Le plan de relance économique vu par

Le gouvernement Legault

Refuse d’envisager toute augmentation des revenus de l’État dans son plan de relance.

Les Québécoises et les Québécois

Souhaitent très majoritairement une augmentation des revenus de l’État basée notamment sur : 

  • La lutte contre les paradis fiscaux (82 %);
  • L’augmentation des impôts des grandes entreprises (78 %);
  • Augmentation de l’imposition des géants du Web (81 %);
  • Augmentation de l’imposition des compagnies minières (73 %);
  • Augmentation de l’imposition des personnes gagnant plus de 200 000 $ par année (79 %).

Le gouvernement Legault

Fait peu de liens entre la relance et les défis environnementaux.

Les Québécoises et les Québécois

Souhaitent que la relance soit l’occasion d’un virage écologique rapide (81 %).


Le gouvernement Legault

Remet en question les normes environnementales pour accélérer les projets d’infrastructures.

Les Québécoises et les Québécois

Appuient une augmentation de la taxation liée à l’émission de gaz à effet de serre (66 %).


Le gouvernement Legault

Propose un plan de relance centré uniquement sur le rétablissement de l’économie.

Les Québécoises et les Québécois

Rejettent l’idée de réduire les normes environnementales pour accélérer des projets d’infrastructures (64 %). 

Souhaitent un plan de relance visant, en priorité, à répondre aux besoins des communautés et à améliorer la qualité de vie de la population.


Bref, sur plusieurs aspects non négligeables, une distance importante sépare les aspirations des Québécoises et Québécois au projet actuel du plan de relance de la Coalition Avenir Québec (CAQ). Les citoyennes et citoyens ont bien constaté la nécessité des services publics durant la crise et ils souhaitent qu’on se donne les moyens de les renforcer. De plus, malgré l’urgence sanitaire actuelle, ils n’ont pas oublié que nous devons aussi faire face à une urgence climatique également préoccupante.

Évidemment, il ne s’agit que d’un sondage qui ne valide que certains éléments seulement des aspirations de la population. Pour bien comprendre où nous souhaitons aller collectivement et pour dégager des consensus, un véritable débat public serait nécessaire. Pour se faire, il faudrait que la CAQ propose une consultation concernant la mise en œuvre de relance économique, et ce, tant du côté de la population que des autres partis politiques. Convaincu de pouvoir compter sur le capital de popularité accumulé durant la crise, le gouvernement Legault semble déterminé à agir unilatéralement. Pourtant, toujours selon notre sondage, 67 % de ses citoyennes et citoyens souhaitent être consultés sur l’orientation de ce plan de relance. 

Il n’est pas trop tard! En lançant cet automne une large consultation destinée à enrichir son plan de relance, François Legault démontrerait son ouverture à dépasser les vieux réflexes traditionnels et pourrait ainsi identifier des solutions rassembleuses pouvant répondre aux véritables défis à venir pour l’ensemble de notre société.

Christian Daigle
Président général du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec

  • Je sais tout
  • Vidéos

2020-06-03

Je sais tout - Hausse du salaire minimum

Détail