SFPQ - Syndicat de la fonction publique du Québec

Fil de nouvelles

Toutes les nouvelles Abonnez-vous à nos nouvelles
/ Services publics

Québec doit recruter du personnel afin de conserver son expertise au MTQ

Devant les révélations faites à la commission Charbonneau concernant la perte d’expertise coûteuse pour le ministère des Transports (MTQ), le gouvernement devra trouver des façons d’attirer et de retenir son personnel, estime le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ). Selon l'enquêteur de la commission Charbonneau, Guy Desrosiers, la perte d'expertise combinée au recours massif à la sous-traitance a empêché un véritable suivi des travaux et conduit à l’explosion des coûts, une situation que dénonce le SFPQ depuis presque 20 ans. « Les membres du SFPQ sur le terrain répètent depuis tout ce temps que les entrepreneurs se divisent les territoires dans le domaine de l’asphaltage et du déneigement. Nos ouvriers et nos techniciens nous disaient également que leurs directeurs quittaient pour les firmes privées. À ce jour, nous en avons recensé une trentaine. Malheureusement, les gouvernements qui se sont succédé ont tous fait la sourde oreille », constate la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau.

Lire l’article Commentaires (2)
/ Services publics

Le nouveau gouvernement doit tourner les dos aux années Charest

Le Secrétariat intersyndical des services publics (SISP) accueille avec grande prudence l’élection d’un gouvernement libéral majoritaire.

« Par le passé, les gouvernements libéraux n’ont pas toujours fait preuve d’un grand attachement aux services publics. Ils nous ont plutôt habitués à un régime minceur, composés de privatisations, de sous-traitance et de compressions. Nous demandons au nouveau gouvernement de tourner définitivement le dos aux années Charest et à réinvestir dans les services publics. »

Pour les présidentes des trois organisations syndicales membres du SISP, soit la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) et l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), le mandat accordé au Parti libéral ne doit pas être interprété comme un mandat en faveur d’une nouvelle réingénierie de l’État.

Lire l’article Commentaires (0)
/ Services publics

S'occuper des vraies affaires

Québec, le 8 avril 2013 – Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) demande au nouveau gouvernement libéral de s'occuper des vraies affaires : Le maintien des services publics lequel a jadis été fort lésé par le néolibéralisme du gouvernement de Jean Charest. « Le premier ministre Philippe Couillard et son équipe devront gouverner avec intelligence et transparence pour permettre aux Québécoises et aux Québécois d'améliorer leur qualité de vie. Aujourd'hui, les services publics de proximité, un levier de développement régional pourtant essentiel, sont injustement mis en péril par manque d'effectifs, notamment. Il faut mettre un frein à cette catastrophe sociale. Les services publics doivent non seulement rencontrer de hauts standards de qualité, mais ils doivent aussi être accessibles à tous, et ce, partout sur l'ensemble du territoire québécois », d'énoncer avec énergie la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau.

Lire l’article Commentaires (4)
/ Conditions de travail

4 heures pour aller voter

En vertu des dispositions de l’article 335 de la Loi électorale, le personnel d’une entreprise doit bénéficier d’une période de temps minimale de quatre heures pour se rendre voter.

C'est la loi électorale qui s'applique et non la convention.

Il faut bien comprendre qu'il ne s'agit pas d'un congé de 4 heures, mais bien d'une période de 4 heures pour aller voter. Si quelqu'un termine son travail à 16h, il n'a droit à rien puisqu'il lui reste 4 heures pour aller voter.

Site internet du DGEQ:Q. : Mon employeur doit-il m'accorder un congé pour aller voter?

R. : L'obligation d'accorder à ses employés une période consécutive de 4 heures pour aller voter le jour du scrutin est imposée à l'employeur par l'article 335 de la Loi électorale (chapitre E-3.3).

Employés et employeurs visés

Ce congé s'applique à tout employé, qu'il travaille à temps plein ou à temps partiel et vise tous les employeurs qui exercent leurs activités au Québec, même ceux sous juridiction fédérale.

Droit de gérance de l'employeur

Ainsi, il revient à l'employeur de s'assurer que ses employés qui ont la qualité d'électeur disposent de 4 heures consécutives pour voter. Toutefois, en vertu du droit de gérance et sous réserve des clauses syndicales ou de quelconques normes qui pourraient s'appliquer au milieu de travail concerné, l'employeur est généralement maître de l'horaire de ses employés.

L'employeur peut donc apporter des modifications à l'horaire de ses employés pour favoriser l'exercice du droit de vote le jour du scrutin, et ce, pour autant que ces modifications ne soient pas équivalentes à une réduction de salaire ou à une sanction.

L'employeur peut inviter ses employés à exercer leur droit de vote lors des autres journées prévues pour le vote, soit lors du vote par anticipation le 30 et 31 mars 2014 ou lors du vote au bureau du directeur du scrutin le 28 et 29 mars 2014 et du 1er au 3 avril 2014. Toutefois, l'employeur ne peut obliger un employé à voter durant ces journées.

Infractions prévues par la loi

Si aucun aménagement du temps de travail n'est proposé à l'employé ou n'est envisageable ou encore si l'employeur n'a pas pris les dispositions nécessaires permettant aux employés de manifester leur volonté de bénéficier d'une période de  pour voter, l'employeur qui refuse alors à un employé le congé de 4 heures est susceptible de commettre une infraction et est passible, pour une première infraction, d'une amende de 1 000 $ à 10 000 $ dans le cas d'une personne physique et de 5 000 $ à 30 000 $ dans le cas d'une personne morale. Il en est de même pour un employeur qui accorde le congé demandé, mais en y associant une réduction de salaire ou une autre sanction.

(Source: site du DGEQ)


Lire l’article Commentaires (2)
Toutes les nouvelles

» Vous avez besoin d’aide?

Conventions collectives

Accéder à toutes les conventions

Comment fonctionne le SFPQ?

Dans votre milieu de travail, une personne déléguée syndicale sera là pour vous accueillir. En cas de problème, c’est la première personne à qui vous adresser. Son rôle est de vous informer, mais aussi de vous guider vers les bons services syndicaux.

Cliquez ici pour en savoir plus

Publications

Consultez toutes les publications