SFPQ - Syndicat de la fonction publique du Québec

/ Négociation

Le carré rouge prohibé?

Renaud-Bray et la Grande Bibliothèque se défendent d’avoir mis en place une politique spécifique visant à interdire le port du carré rouge par leurs employés.

La publication dimanche dernier d’un billet Internet par Julien Beauregard, délégué syndical d’une succursale Renaud-Bray du Plateau-Mont-Royal, a suscité une petite controverse ces derniers jours. Dans son texte, ce dernier affirme que la chaîne de librairies menace de « réprimer sévèrement » ses employés qui s’afficheraient avec un carré rouge durant leurs heures de travail. M. Beauregard affirme que ces salariés, qu’ils soient ou non en contact avec le public, pourraient être suspendus sans salaire.

En réponse aux messages de plainte de plusieurs internautes, la direction de Renaud-Bray a répondu par voie de communiqué qu’il n’y avait eu « aucun cas de suspension d’employé suite au port d’un insigne révélant une quelconque appartenance politique ou idéologique », ajoutant que l’entreprise s’était dotée depuis 2005 d’une politique interne pour demander aux employés de rester « neutres lorsqu’ils sont en fonction, en évitant d’arborer un quelconque signe distinctif en support à une cause ou une autre ».Ni M. Beauregard ni la direction de Renaud-Bray n’ont donné suite à nos demandes d’entrevues hier.

Moyens de pression

Par ailleurs, cette controverse en a ramené une autre semblable sur le devant de la scène, à la Grande Bibliothèque, dont les employés ont manifesté hier leur droit à porter le carré. Sans contrat de travail depuis un an, les employés de la bibliothèque ont mis en place une série de moyens de pression depuis janvier dernier, dont une manifestation hebdomadaire durant la pause de 15 h du mardi. « La manifestation visait surtout la négociation d’une nouvelle convention collective, mais l’histoire du carré rouge a permis de mobiliser à nouveau les troupes », a expliqué Jean-François Sylvestre, représentant des employés membres du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ).

M. Sylvestre assure que la Grande Bibliothèque n’a pas émis de directive officielle pour interdire le port du carré rouge, mais a demandé à ses chefs de service d’avertir verbalement les employés concernés, une quinzaine selon lui. Toujours selon M. Sylvestre, les chefs de service auraient déclaré que le carré rouge symbolisait la « violence et l’anarchie ».

De son côté, Dominique Hétu, directrice des communications pour la Grande Bibliothèque, a fait parvenir au Devoir une copie du courriel adressé aux employés le 4 juin dernier, dans lequel elle rappelle simplement le « devoir de réserve imposé à tout employé de la fonction publique », ainsi que la « règle de neutralité qui doit prévaloir ». Elle reconnaît qu’avant le 4 juin, les chefs de service ont eu à avertir verbalement moins d’une dizaine d’employés, qui n’ont cependant pas « opposé de résistance ».

 

Si vous avez une question à adresser au SFPQ, prière d’utiliser ce courriel : communication@sfpq.qc.ca.