SFPQ - Syndicat de la fonction publique du Québec

/ Services publics

Budget 2019-2020 - Des mesures timides pour améliorer les services offerts à la population par la fonction publique

Québec, le 21 mars 2018 – Bien que le gouvernement de la CAQ annonce des réinvestissements dans les services publics, le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) déplore que le budget 2019-2020 limite la croissance des dépenses dans le secteur de la fonction publique à 3,2 %. « C'est nettement insuffisant pour maintenir des services de qualité particulièrement en région. La fonction publique demeure toujours le parent pauvre par rapport aux réseaux de la santé et de l'éducation qui obtiennent la part du lion. Les ministères devront continuer d'en faire plus avec moins alors que le gouvernement est en situation de surplus budgétaire », constate Christian Daigle, président général du SFPQ.

Au chapitre des effectifs, le gouvernement de la CAQ garde le cap sur l'abolition de 5000 postes administratifs d'ici 2023-24 dans l'ensemble des réseaux. Le SFPQ rappelle que depuis 10 ans, les gouvernements successifs ont gelé et même réduit le nombre de fonctionnaires au sein de l'administration publique. Ainsi, entre 2007 et 2017, la taille de la fonction publique n'a crû que de 0,3 % alors que la population québécoise a augmenté de 9,1 % au cours de la même période. Pendant ce temps, le personnel représenté par le SFPQ, qui offre des services directs à la population, a fondu de plus de 3 500 postes équivalents à temps complet.

« Après la saignée des dernières années et après avoir engrangé des milliards de dollars, le gouvernement annonce des réinvestissements, mais promet très peu d'embauches dans la fonction publique. Pendant ce temps, la Régie du logement continuera de fermer ses portes plusieurs fois par mois dans certaines villes par manque de personnel. Revenu Québec et la Société de l'assurance automobile du Québec diminuent toujours les services disponibles au comptoir. Le ministère de l'Environnement n'est plus en mesure de remplir ses objectifs d'inspections. Sans personnel supplémentaire pour rebâtir ses ministères et ses organismes, le gouvernement continuera de gérer le risque et demeurera en mode réaction plutôt qu'en mode prévention », estime monsieur Daigle.

Parmi les promesses de ce budget, il y a la consolidation de l'expertise de l'État en technologie de l'information dans un nouveau centre d'expertise en informatique. « Cela fait des années que nous demandons des mesures concrètes pour mettre fin au bordel informatique. Ce n'est pas en créant une nouvelle structure, et sans l'octroi de nouveaux effectifs que le gouvernement pourra rebâtir l'expertise interne. Ça prend de l'argent pour attirer, embaucher et retenir du personnel. Dans une situation de plein emploi, on ne choisit pas l'employeur qui paie le moins. Le gouvernement devra en tenir compte s'il veut cesser d'être un club-école pour les autres employeurs », conclut monsieur Daigle

– 30 –

SOURCE : Éric Levesque
Responsable des relations avec les médias au SFPQ
Tél. : 418 623-2424, poste 338
Cell. : 418 564-4150
eric.levesque@sfpq.qc.ca

Si vous avez une question à adresser au SFPQ, prière d’utiliser ce courriel : communication@sfpq.qc.ca.