SFPQ - Syndicat de la fonction publique du Québec

/ Conditions de travail

Rapport de l’ISQ sur la rémunération : LE FOSSÉ SALARIAL SE MAINTIENT POUR LE PERSONNEL DE L’ÉTAT QUÉBÉCOIS

Le retard salarial de l’ensemble du personnel de l’État québécois persiste et se situe à 13,2 % par rapport aux autres salariés québécois. C’est ce que constate l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) dans une étude dévoilée ce matin. Même lorsqu’on prend en compte les avantages sociaux, le retard de la rémunération globale s’établit à 6,2 %. Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), l’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ) et le Syndicat des constables spéciaux du gouvernement du Québec unissent leurs voix pour déplorer le fossé salarial qui se maintient depuis 10 ans et demande au gouvernement Legault d’agir.

Lire l’article
/ Conditions de travail

Le fossé avec les autres salariés québécois toujours aussi grand

Le personnel de l’État québécois accuse un retard persistant sur le plan de la rémunération par rapport à l’ensemble des autres salariés québécois, déplore le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ). C’est le constat que fait le Syndicat à la suite du rapport de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) rendu public ce matin. On y apprend notamment que le salaire versé pour un emploi comparable dans la fonction publique québécoise est inférieur de 13,7 % en moyenne par rapport au salaire octroyé partout ailleurs. Même si on prend en considération l’ensemble des avantages sociaux, l’écart sur le plan de la rémunération globale est de 6,6 % en défaveur de l’administration québécoise.

Lire l’article
/ Conditions de travail

Modifications à la Loi sur les normes du travail : Un projet de loi prometteur qui comporte certaines lacunes, constate le SFPQ

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) considère que le projet de loi modifiant la Loi sur les normes du travail constitue un pas dans la bonne direction pour les travailleuses et les travailleurs du Québec, mais certaines mesures manquent d’ambition. Dans un avis déposé aujourd’hui à la commission parlementaire mandatée pour étudier le projet de Loi no 176, Loi modifiant la Loi sur les normes du travail et d’autres dispositions législatives afin principalement de faciliter la conciliation famille-travail, le SFPQ reconnait les avancées proposées par le législateur tout en suggérant des bonifications.

Lire l’article
/ Conditions de travail

Projet de loi sur le RQAP : Des avancées, mais encore des excluEs!

La Coalition pour la conciliation famille-travail-études, qui représente près de deux millions de femmes et d’hommes, réserve un accueil plutôt tiède au projet de loi déposé ce matin par M. Blais sur des assouplissements au Régime québécois d’assurance parentale puisque certaines familles ont été oubliées. En effet, la Coalition aurait souhaité que le RQAP puisse permettre une plus grande accessibilité aux parents-étudiants et aux personnes proches aidantes. Bien que la Coalition reconnaisse que les parents ont besoin de plus de temps et de flexibilité en matière de conciliation famille-travail-études, elle considère que ces mesures doivent s’inscrire dans une loi-cadre.

Lire l’article
/ Conditions de travail

Le SFPQ réclame des changements au Code de la sécurité routière pour améliorer les interventions d’urgences des patrouilleurs de la route

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) réclame que le Code de la sécurité routière soit modifié afin que les véhicules des patrouilleurs de Transports Québec (MTMDET) puissent bénéficier du statut de véhicule d’urgence lorsque ces derniers répondent à un accident. « Jour et nuit, près de 200 patrouilleurs du MTMDET veillent à la surveillance et à l’entretien en temps réel du réseau routier, ce qui contribue directement à la prévention d’accidents. 

Lire l’article
/ Conditions de travail

Assouplissement des congés parentaux : Ne soyons pas dupes!

La Coalition pour la conciliation famille-travail-études, qui représente près de deux millions de femmes et d'hommes, réserve un accueil plutôt mitigé à l'annonce du Premier ministre de rendre le Régime québécois d'assurance parentale (RQAP) plus flexible. Bien que la Coalition reconnaisse que les parents ont besoin de plus de temps et de flexibilité en matière de conciliation famille-travail-études elle considère que cette mesure doit s'inscrire dans une vision globale. «Les familles ne doivent pas être réduites à un enjeu électoral et la vision de la conciliation ne doit pas se limiter aux premières années de la vie des enfants», souligne Annik Patriarca, porte-parole de la Coalition.

Lire l’article
/ Conditions de travail

Prestations d’assurance-emploi et trou noir : La coalition régionale sur l’assurance-emploi obtient l’appui du ministre Duclos

Les membres de la Coalition du Bas-Saint-Laurent sont somme toute satisfaits de la rencontre qui s’est tenue hier à Québec avec le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos. Celui-ci a été à l’écoute des revendications de la coalition dont fait partie Action Chômage Kamouraska inc., le Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CSN) (CCBSL), la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ).

Lire l’article
/ Conditions de travail

Rémunération des salariés de l’État québécois - Le retard persiste

Loin d’être les «privilégiés» que certains prétendent, les employés de l’État québécois accusent un retard persistant sur le plan de la rémunération par rapport à l’ensemble des autres salariés québécois, déplore le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ). L’organisation réagit ainsi au rapport de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) rendu public ce matin. On y apprend notamment que le salaire versé pour un emploi comparable dans le secteur public québécois est inférieur de 13,9 % en moyenne par rapport au salaire octroyé partout ailleurs. Même si on prend en considération l’ensemble des avantages sociaux, l’écart sur le plan de la rémunération globale est de 8,6 % en défaveur de l’administration québécoise.

Lire l’article