SFPQ - Syndicat de la fonction publique du Québec

/ Services publics

Viser la justice sociale! Les groupes sociaux relancent l'offensive pour la sauvegarde du filet social.

Sous les traits de Robin des bois, plus de 200 personnes ont symboliquement pris d’assaut le gouvernement de Philippe Couillard ce midi, devant le Centre de commerce mondial de Montréal. La Coalition Main rouge lance ainsi une nouvelle campagne pour contrer le démantèlement du filet social. Intitulée « Viser la justice sociale. Récupérer notre trésor collectif », cette campagne prend son envol alors que Québec vient d’encaisser un surplus budgétaire record de 4,5 milliards.

Formée d’organisations communautaires, syndicales, féministes et étudiantes, la Coalition rappelle que ce surplus record a été réalisé au détriment de la majorité de la population et au prix de l’affaiblissement de son filet social. Elle demande un réinvestissement massif dans les services publics, les programmes sociaux et l’action communautaire autonome.

« Le financement prévu pour les services publics, les programmes sociaux et l’action communautaire autonome demeure toujours largement insuffisant. Avec ce que le gouvernement a annoncé lors du dernier budget, on est très loin de réparer les sérieux dommages que le gouvernement a causés avec les dernières années d’austérité», rappelle Dominique Daigneault, également co-porte-parole de la Coalition Main rouge. La Coalition rappelle que le dernier budget ne permet même pas de couvrir la hausse normale des coûts de système en santé et services sociaux : les services à la population seront encore lourdement affectés, notamment en prévention, dans le domaine des services sociaux et des services aux aînés. En éducation, les dégâts majeurs qui ont été provoqués nécessiteront des réinvestissements beaucoup plus importants. Quant au parti pris du gouvernement pour les garderies privées et à son désengagement envers les services de garde éducatifs subventionnés, il a contribué à réduire significativement la qualité des services à la petite enfance, secteur dans lequel des réinvestissements massifs devront aussi être faits.

« Pendant ce temps, le recours accru à la tarification et à la marchandisation des services limitent de plus en plus l’accessibilité des services publics », rappelle Dominique Daigneault. À titre d’exemples, la Coalition mentionne l’augmentation des frais de scolarité postsecondaires, les frais multiples à débourser pour du matériel ou pour des activités parascolaires, la modulation des tarifs en CPE qui appauvrissent particulièrement les familles, la multiplication des soins de santé et services sociaux dispensés au privé ou encore les hausses de tarifs d’Hydro utilisées pour renflouer les coffres de l’État au détriment des ménages les plus pauvres.

Le sous-financement des programmes sociaux contribuent également à affaiblir le filet social que la population du Québec s’est donné. « Bien que les prestations d’aide sociale permettent de couvrir à peine la moitié des besoins de base, les dernières réformes ont ajouté à chaque fois des nouvelles conditions d’éligibilité à une aide supposée être de dernier recours », illustre Véronique Laflamme. « Quant au logement social, les investissements du dernier budget Leitão, permettent tout juste de rattraper les coupures des deux années précédentes, alors que les besoins sont criants ». Pour les personnes marginalisées, les organismes d’action communautaire autonome sont souvent l’ultime ressource. Or, les mesures d’austérité ont augmenté la pression sur ces groupes, lesquels souffrent depuis plusieurs années d’un sous-financement chronique.

« Les politiques néolibérales, comme les plus récentes mesures d’austérité, ont mis à mal notre filet social et amplifié grandement les inégalités sociales au Québec. Alors que le Québec nage dans les surplus record, il est grand temps de renverser la vapeur », s’indigne Véronique Laflamme. Pour les membres de la Coalition Main rouge, il s’agit clairement de choix politiques : non seulement les surplus sont gigantesques, mais le gouvernement peut aller chercher des milliards $ via les mesures fiscales qu’ils proposent.

« À quelques mois d’un budget pré-électoral, la campagne « Viser la justice sociale » a pour objectif d’augmenter la pression : le gouvernement Couillard doit effectuer des choix qui bénéficieront enfin au 99 % de la population et qui contribueront à réduire les inégalités sociales », conclue Mme Laflamme.

En plus d’une campagne d’éducation populaire via des formations offertes dans divers milieux et dans toutes les régions, la Coalition annonce une grande manifestation, le samedi 28 octobre à Montréal. Un dépliant d’information est disponible en ligne.

Si vous avez une question à adresser au SFPQ, prière d’utiliser ce courriel : communication@sfpq.qc.ca.