SFPQ - Syndicat de la fonction publique du Québec

/ Services publics

Le SFPQ réitère son appui pour un État laïque

Québec, le 11 septembre 2013 – Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec accueille favorablement le dépôt, par le ministre Bernard Drainville, d'une Charte des valeurs québécoises. Le document proposé est le reflet d'une volonté exprimée à plusieurs reprises par les membres du SFPQ afin que le Québec se dote d'une charte de la laïcité de l'État. « Le gouvernement du Québec doit effectivement définir des balises claires en ce qui a trait aux accommodements religieux, au port de signes religieux ostentatoires par des représentants de l'État et ainsi renforcer le caractère laïque de l'État québécois », soutient Lucie Martineau, présidente générale du SFPQ.

La neutralité de l'État s'exprime d'abord par l'image projetée par ses agents, estime le SFPQ. Ainsi, le devoir de réserve, tel que décrit par la Loi sur la fonction publique, qui impose au personnel de la fonction publique de ne pas afficher leurs allégeances politiques, doit s'étendre à l'appartenance religieuse. « L'idée selon laquelle c'est l'État qui est neutre et non les individus est fausse. Les fonctionnaires doivent refléter concrètement ces valeurs de neutralité. Ainsi, il serait impensable de voir des employés de l'État manifester leur appui à l'un des partis présents à l'Assemblée nationale par le port d'un macaron en milieu de travail, il en va de même pour les croyances religieuses », affirme madame Martineau.

Par ailleurs, la Charte des valeurs québécoises s'appliquera également à celles et ceux qui reçoivent des services de l'État. Les règles seront limpides afin que les femmes et les hommes travaillant au sein de la fonction publique québécoise puissent s'exécuter quotidiennement avec l'assurance que les demandes d'accommodements religieux de la part de citoyennes et de citoyens sont balisées et désormais plus faciles à gérer. «Nous estimons que le gouvernement ne doit pas consentir à des groupes de citoyens des accommodements pour des motifs religieux qui briment le droit à l'égalité des sexes de nos travailleuses et travailleurs », conclut la porte-parole syndicale.

Le SFPQ est un syndicat indépendant qui regroupe environ 42 000 membres à travers le Québec. Quelque 31 000 d'entre eux sont issus de la fonction publique québécoise et répartis comme suit : près de 27 000 employés de bureau et techniciens et environ 4 000 ouvriers travaillant au sein de divers ministères et organismes. Les 11 000 autres membres proviennent du secteur parapublic.

- 30 -

Si vous avez une question à adresser au SFPQ, prière d’utiliser ce courriel : communication@sfpq.qc.ca.

92 Commentaires
guillaume a écrit le :
Bonjour, Désolé, mais ce n,est pas tout vos membres qui appuis cela
guillaume a écrit le :
Bonjour monsieur, Je trouve déplacé votre appui pour un État Laïque étant donné que vous n’avez pas consulté vos membres et que la majorité son défavorable puisque ce projet brise les droits et libertés de la personne. Écouter donc vos membres et enlever vos appui. Merci
Olivier Laforme a écrit le :
Bonjour. Je vais dans le sens de guillaume. Avez-vous consultés les membres pour prendre une telle décision ? surtout sur un sujet aussi difficile que la laïcité! Encore une fois l'exécutif décide et la base doit se soumettre ? Comment un syndicat peut-il soutenir un projet qui premettra encore plus de discrimination dans l'emploi es femmes immigrantes et des immigrants ! SVP, retirez cette position et consulter les membres!
Sébastien a écrit le :
Étant fonctionnaire, je trouve très déplacé cette prise de position. J'ai lu la majorité des articles publié par la SFPQ et aucun soutenait le type de Charte mis de l'avant par le ministre. Par exemple, concernant les femmes, l'article suivant ( http://www.sfpq.qc.ca/nouvelles/laicite-deux-approches-affrontent-286/ ) disait " la mise en place de mesures afin de laïciser l'État québécois ne doit en aucun cas restreindre l'accès aux emplois dans la fonction publique aux candidats et candidates qui se qualifient à des programmes d'accès à l'égalité en emploi, selon le SFPQ." Personnemelement, au lieu de défendre vos membres, j'ai l'impression que vous poursuivez une idéologie. Une plus grande neutralité et un peu plus de réserve seraient importantes sur les questions touchant la liberté de vos membres dans leurs choix vestimentaires et dans le respect de leur conscience.
abdel a écrit le :
Avez vous consultez vos membres avant de pondre un appui pareil a ce projet de charte? Avez vous des statistiques, des chiffres sur le nombre de personnes qui seront touchés par cette mesure? Votre position est populiste et inadéquate avec la mission syndicale qui est le droit de tout les travailleurs peu importe leur origine ou religion. En quoi un voile sur la tête fera trembler la neutralité de l'état et son image ? En quoi cela va heurter les croyances des autres ou des usagers du service publique. On veut des réponses claires et des exemples concrets. Avez vous de vrais situations ou la croyance d'un fonctionnaire ou son choix vestimentaire a interféré dans une décision, un service rendu au nom de l'état. Des gens lésés par cela. Non, rien, il n'ya pas de crise, tout le monde travaille normalement sans aucun problème. Aujourd'hui je me sent floués par votre aplatventrisme , étant fonctionnaire et je refuse que mes cotisations servent a des fins populistes au détriment des droits des travailleurs et au respect de leur choix vestimentaires et leur croyances. Décu est un mot faible, une consultation aurait était plus juste, mais il va sans dire que c'est plus facile de tapper sur un clou déja enfoncer que d'essayer de comprendre a quoi il sert.
Sébastien a écrit le :
Bonjour. Je suis d'accord avec les commentaires précédents. Notre syndicat ne nous a pas consulté sur cette charte et appuis sans réserve le gouvernement. Je suis contre cette charte et la position de notre syndicat.
Alexandre a écrit le :
Mon syndicat qui veut restreindre les droits de ses membres?? Mais je rêve! On ne cache pas une appartenance religieuse comme on cache une appartenance politique! Vous singez la France sans consulter vos membres. Je suis décu. Je vais perdre deux très bon collègues avec votre logique à deux sous.
FATIMA a écrit le :
Je suis très désolée des commentaires de Mme Martineau. La fonction publique donne de la priorité aux minorités, aux femmes, et aux handicapés, de ce fait, elle compte un grand nombre d’employés issus de l’immigration, et surtout les communautés noires et musulmanes, ces deux catégorie sont souvent victime de préjugés et de discrimination dans le domaine privé. Si on regarde la portion de la communauté musulmane, ont voit qu’ils y a un grand nombre qui contribue annuellement aux fonds de Mme Martineau, qui, au lieu de défendre les DROITS des employé syndiqués, elle défend une charte qui a fait réagir tout le monde et même les enfants sont d’accord qu’elle est discriminatoire à l’égard des femmes religieuses pour ne pas dire musulmanes Comme je dis tjrs le Syndicat est un mal nécessaire sinon je couperai dès maintenant ma contribution.
michel a écrit le :
Je ne me rapelle pas d'avoir été consulté...oui une chartre peut être intéressante...mais pas celle ci à n'importe quel prix...de plus, pourquoi nous enlever nos congés fériés telsque NOËL ou PÄQUES!!!???
Éric Lévesque a écrit le :

Bonjour, les instances du SFPQ (Conseil syndical et le congrès de 2012) ont déjà adopté des positions en faveur de la laïcité de l'État et de sa neutralité religieuse. Nous vous invitons à consulter le dossier sur la laïcité de l'État sur le site du SFPQ: http://www.sfpq.qc.ca/.../dossier-sur-laicite-petition-280/ Éric Lévesque, service des communications SFPQ

Sébastien a écrit le :
Monsieur Lévesque, Merci pour ce lien qui présente plusieurs articles traitant de différents angles de la question de la laïcité. Mais ou sont les comptes rendu des positions adoptées par les instances du SFPQ? Merci
abdel a écrit le :
M. Levesque, Merci pour le lien, sauf que c'est juste une série d'articles et une pétition. Je réitère mes propos votre position est populiste et ne rime à rien. Allez vous dans le futur refuser de porter les griefs qui seront faits par vos membres au sujet de cette charte si elle passe le cap de l'assemblée nationale ? Quel sera votre position entre défenseurs des droits des travailleurs et partisans d'une Loi qui restreint les libetés individuelles. Merci
david a écrit le :
Le rôle principal du syndicat est de défendre ses employés, mais SFPQ défend l’employeur pour restreint l’Accès au travail et faciliter le congédiement de ses membres. Je trouve ça inacceptable. Est-ce que vous pouvez consulter vos membres ou faire passer un sondage ? Avant d’approuver cette charte
Érie Lévesque a écrit le :

Le devoir de représentation du syndicat continuera de prévaloir. Chaque cas sera traité individuellement, et ce, dans le respect des conventions collectives et des lois en vigueur. Éric Lévesque, service des communications SFPQ

Armando Balmori a écrit le :
Quand est ce que vous avez consulté les membres du syndicat pour affirmer que c’est le reflet de notre volonté exprimée? Le syndicat n’est pas capable de faire prévaloir la Charte des droits et libertés de la personne à notre égard suite à l’application de la directive CT 211608 et vous prononcez sur une nouvelle Charte sans nous consulter?
un autre politicien a écrit le :
Comment vous pouvez défendre les conséquences d'une loi discriminatoire que vous avez approuvée et appuyée, Hiver très chaud pour la commission Charbonneau
Maryam Bessiri a écrit le :
C’est tout à fait honteux qu’un syndicat défende une telle charte dont les dispositions sont discriminatoires envers une partie de ses membres. Ça va à l’encontre de la mission du syndicat. Qui avez-vous consulté avant de lancer votre appui en public? Le lien que vous nous présentez M. Lévesque est juste une compilation d’articles. Ce n’est pas la neutralité de l’État qui est mise en doute, mais bien l’interprétation que la charte en fait et les moyens qu’elle va prendre pour y arriver. Que fera le syndicat lorsque viendra le temps de licenciement de tous les employés qui ne veulent se départir de leurs signes? En tant que membre du syndicat, je conteste cette position inacceptable envers une charte qui l’est encore plus. Et au lieu de faire de l’excès de zèle dans ce genre de dossiers qui divise et porte atteinte à une partie des fonctionnaires, le syndicat ferait bien de se pencher sur les dossiers plus prioritaires. Nos cotisations ne devraient nullement servir à financer de telles mesures discriminatoires que le syndicat appuie sans consultation de ses membres!
zekele a écrit le :
Honte à vous, Mme Martineau. Vous avez indiqué dans les médias aujourd'hui que vous ne savez pas combien de membres seraient touchés par cette interdiction imposée par la charte. Vous n'avez mené aucune consultation au sujet d'une telle interdiction. Vous décidez au nom des membres selon vos propres convictions politiques plutôt que de prendre le temps d'analyser les conséquences. Si un membre de la direction prenait une décision arbitraire sans consultation, sans analyse, sans s'occuper des besoins, vous diriez tout haut qu'il était incompétent. C'est le cas avec vous, Mme Martineau: vous êtes incompétente et indigne d'être mon supposé représentant auprès de mon employeur. J'ai honte d'être membre du SFPQ ce soir. (Je suis une personne immigrante, mais laïque et athée, qui ne porte aucune signe religieuse, mais qui respecte mes collègues et amis qui veulent afficher leur culture et leur religion, des gestes qui n'ont aucun impact sur le service donné au citoyen.)
Olivier Laforme a écrit le :
Mr Lévesque, ce nest pas sur le dossier de la laîcité que nous ne sommes pas d'accord ! C'est sur votre acceptation sans condition de l'interdiction des signes religieux et de par ce fait d'autoriser l'exclusion des minorités et en particulier des femmes! Votre vision est claire et on sait maintenant pour qui nos exécutifs syndicaux ont voté lors de la dernière élections ! Vous oubliez les droits fondamentaux au profit d'une vision partisane et anti-démocratique puisque vous n'avez pas consulter votre base sur un sujet aussi important que ce projet de charte! La crédibilité du syndicat est remise en cause!
Stephanie Lapointe a écrit le :
Je 'objecte à cette prise de position du syndicat, aucune consultation auprès de vos membres n'a été effectuée et si vous l'aviez faite, vous auriez pu constatée que beaucoup aurait voté contre. S'il vous plait, ne parlez pas en mon nom, je ne crois pas en un Québec qui brime la liberté fondamentale des citoyens...Le Québec perdra de précieux employés (dont il a bien besoin) si cette Chartre devient loi.
Marc-André Perron a écrit le :
Leçon de démocratie syndicale élémentaire : consulter ses membres avant de parler pour eux.
Isabelle a écrit le :
Je suis vraiment mais vraiment déçue et irritée que le syndicat dans lequel j'étais si fière de m'impliquer appuie une charte qui va à l'encontre des droits et libertés de plusieurs de ses membres. Je suis sans mot tellement ça me choque que vous ayez pris une telle position au nom des membres alors que l'on n'a pas été consulté !!!!!!
Fred a écrit le :
Je suis contre ce chartre du PQ, 100%.
Mireille a écrit le :
Merci ! J'appuie la charte à 100%
Michel Poirier a écrit le :
Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire... Anyway, ce n'est pas avec ceux qui l'ont créé que l'on va résoudre le problème... Preuve, la France ont adopté une pareille Charte en 1905 et c'est toujours un problème... J'dis ça, j'dis rien, mais me semble qu'on a d'autres choses à régler... Ceci dit, si le Québec se dote d'une charte de laïcité puis-je porter au Taf' un T-shirt avec l'inscription "Dieu n'existe pas"...???
Hugo a écrit le :
Bonjour, j'ai été très surpris d'apprendre par les médias que le syndicat de fonction publique appuie le ministre Drainville. Je ne suis pas du tout en accord avec le fait que le syndicat appuie la proposition du ministre, et ce sans consulter les membres. Je trouve malheureux que la direction du syndicat ait pris cette désicion sans consulter. Ce n'était pas une urgence de donner notre appuie à cette Charte. Je suis loin d'être fier d'être un membre de ce syndicat.
Abdelghani a écrit le :
Je n’ai jamais voté pour ça, je n’ai jamais été consulté pour ça, et ce n’est pas le mandat que vous ont confié les employés. Oui pour la laïcité de l’état, mais sur le plan individuel, un fonctionnaire a le droit d’adopter les croyances ou le code vestimentaire qui lui conviennent, cela s’appelle les libertés individuelles. C’est une grave dérive que notre syndicat vient de commettre Retirez cet appui immédiatement.
Mario a écrit le :
Je suis pour la laïcité sans exception , mais ceci ne doit pas être l'opinion d'un syndicat. La priorité est de défendre ses membres et non de faire de la politique . Aidez plutôt vos membres a se battre contre un employeur qui les méprise au lieu de lui rendre la vie facile. Il n'est pas notre allié , on a changé de gouvernement et il continue à nous traiter comme des moins que rien..
Marlène Lapointe a écrit le :
Marlène Lapointe - membre du SFPQ Depuis 2010 et en particulier au Congrès d'avril 2012, les délégations élues par les membres du SFPQ se sont prononcées en faveur d'une Charte de la laïcité. Cette semaine, je constate que plusieurs de nos membres prennent conscience de la position exprimée lors des débats par ceux qui les représentent et votent lors des instances syndicales, en leur nom. Si on fait un retour dans les archives syndicales, on constate que la position du SFPQ a toujours été publique, disponible sur son site Internet et connue de ses représentants syndicaux. Cette position est-elle descendue jusqu'à la base. C'est une responsabilité de s'assurer que nos décisions votées en instance, reflètent la volonté de notre base syndicale, soit l'ensemble de nos membres. Que les opinions exprimées ici soit en accord ou non avec la position exprimée cette semaine par la présidente Madame Martineau à titre de porte-parole du SFPQ, il faut en retenir que cette position a été adoptée démocratiquement dans l'intérêt collectif de nos membres. Pour ma part, j'exprime de diverses façons mes croyances et agit en fonction de mes valeurs. Je ne ressens pas le besoin d'afficher un signe religieux sur les lieux de travail. Je peux le faire dans bien d'autres occasions si cela est ma volonté et l'expression de ma liberté.
Benoît Evans a écrit le :
Pendant 23 ans et jusqu'à ma retraite il y a trois ans, je travaillais comme fonctionnaire membre de la SPGQ. Pendant cette période, j'ai connu des fonctionnaires musulmanes qui portait le hijab. Leur façon de s'habiller n'a jamais soulevé de plainte, ni d'un collègue, ni d'un gestionnaire, ni d'un citoyen. Même celle qui parfois representait son organisme devant le Tribunal administratif du Québec portait le hijab devant les commissaires du tribunal. Le gouvenement et la présidente générale du SFPQ font l'erreur de confondre l'État et ses employées. Le président du Parti libéral du Québec, M. Phillipe Couillard a su faire cette importante distinction. Selon le journal La Presse, il a dit : « 'Il faut faire la distinction entre les institutions et les individus. Les citoyens sont libres de s'habiller comme ils le veulent' », mais le gouvernement et ses institutions ne doivent pas favoriser une religion ou même l'absence de religion, a soutenu M. Couillard. » Papineau et les patriotes ont également compris. Leur Déclaration d'indépendence du Bas Québec contient, notamment, cette garantie: « …toute union entre l'Église et l'État est déclarée abolie, et toute personne a le droit d'exercer librement la religion et la croyance que lui dicte sa conscience. »
Chantal a écrit le :
Tout le monde sait très bien que les membres n'ont pas été consultés. Au conseil et au congrès, ce sont vos représentants qui y siègent et ils n’ont effectivement pas fait de sondage auprès des membres avant de se prononcer sur le sujet. S’il est vrai que le débat c’est discuté à ces deux instances?? De plus, lorsque la table en avant décide d’une position, oui les gens peuvent en discuter, Mais ceux qui auront le dernier mot ce sont ceux assis à la table en avant. Donc, pas grand-chose à redire. Si vous être contre la position du SFPQ, vous n’avez qu’à la dénoncé, vous avez des tribunes pour cela, radio, facebook, twitter, etc.
Michel Poirier a écrit le :
Bon j’ai eu ma réponse pour le T-shirt, non pas d’ici mais d’un pote qui habite en France… Primo il me confirme, et je site; vous vous embarquez dans une sacrée galère… D’ailleurs il y a des articles forts intéressants sur le sujet dans différentes publication Européenne aujourd’hui… Pour revenir au T-shirt il serait illégal sous une charte de laïcité d’y inscrire « Dieu n’existe pas » mais tout à fait légal d’y inscrire « ICI Dieu n’existe pas… Puis-je vous aider…» Finalement j’espère que le Gouvernement nous rendra la pareille aux prochaines négociations… Utopique d’y croire…
radouane chakir a écrit le :
Bonjour, Je suis membre et je suis contre cette décision. Il faut d'abord retourner aux membres que paient, à chaque paie, une cotisation pour avoir une autorisation d'être pour ou contre cette charte des descriminatoires.
Benoît Evans a écrit le :
Un prétendant que le SFPQ a consulté l'ensemble de ses membres sur cette question, la présidente du SFPQ ne s'est pas génée de dire une énorme fausseté à un journaliste du Devoir : « Depuis six ans, le SFPQ, qui représente 42 000 employés de l’État, a procédé à de vastes consultations qui ont abouti à une position prônant la laïcité de l’État et l’interdiction du port de tout signe religieux ostentatoire par les employés de la fonction publique. Aucun des membres du syndicat, dont certains portent au travail des signes religieux comme le hidjab, ne s’est opposé à cette prise de position, a indiqué la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau. »
Nancy a écrit le :
Et dire que vous me bouffer de l'argent sur ma paie à chaque 2 semaines... Vous auriez pu prendre cet argent pour consulter vos membres, et non ! Aller donc payer un autre dîner de mes poches a vos représentants syndicaux, qui certains d'entre eux, ne sont pas Québécois pure laine ! Nous consulter serait la moindre des choses, c'est moi et d'autres travailleurs de l'état qui vous font vivres... Oh ! Que j'aimerais ne plus payer aux 2 semaines pour vos décisions sans bon sens!
Natacha a écrit le :
Bonjour chers représentants. Au risque de répéter mes collègues, je n'ai jamais été consultée de quelque manière que ce soit pour cette appuie complètement aveugle de cette charte. En aucun cas en tant que membre je vais m'abaisser à de stupide chasse aux sorcières à connotation politique. En quoi le port de signe religieux non discriminatoire peut-il affecter la qualité des services rendu à la population. En quoi une femme passionnée par les enfants ayant une grande expérience MAIS qui porte un hijab ne livre telle pas un bon service. En quoi le fait qu’un homme qui délivre des permis au nom d’un Ministère MAIS qui porte une kippa ne livra pas un service équitable? Je crois qu’en tant que la force du Québec est sa diversité et son intégration. Je crois aussi qu’un syndicat est là pour représenter TOUS ses membres et faire en sorte que chacun soit le soit équitablement.
Catherine a écrit le :
Moi j'approuve. Enfin quelqu'un qui a le courage de faire du ménage
Bilal a écrit le :
Mon syndicat ne me représente pas, surtout quand il ne consulte pas leur membre, je paye ma cotisation pour être protégé et non pas pour être exclu et avoir mes droits les plus fondamentaux et protégés dans la constitution brimés! Vous devez avoir honte!
Richard Lalonde a écrit le :
Que le syndicat soit en accord avec la notion d'état laïc, aucun problème... mais que le syndicat décide de laisser tomber des membres, qui paient des cotisations... alors la...gros problème...!!! Le port d'un signe religieux n'enlève rien à la compétence des travailleurs de l'État... Le port d'un signe religieux est un choix personnel qui n'engage en rien l'État...!!!
Benoit Malo a écrit le :
Je crois que nous pouvons être fiers du niveau démocratique présent au sein du SFPQ. Cette démocratie s’exerce par des votes sur des propositions provenant des membres en assemblée générale, des membres élus des exécutifs locaux (dirigeants) ou encore des différents élus au niveau régional et national. Il est faux de prétendre ici que le SFPQ n’agit pas de façon démocratique en appuyant la charte proposée par le gouvernement en place. Cette prise de position par le SFPQ découle de recommandations débattues et votées par plusieurs centaines de personnes détenant une délégation de pouvoir concédée par les membres de leurs sections locales et présentes aux diverses assemblées. Il est tout aussi faux de prétendre que le dernier mot revient aux personnes assises à l’avant. Une autre preuve que la démocratie est une valeur intrinsèque au sein du SFPQ est la présence de ce lieu d’échanges (section commentaires) ou tous et toutes peuvent donner leur opinion sur les sujets qui nous touchent et qui sont défendus par notre syndicat. L'actuel projet de charte, car il s’agit bel et bien d’un projet qui sera amendé et modifié, représente une amorce aux diverses interventions et propositions qui seront soumises afin de bonifier ladite charte. Je vous invite à soumettre vos recommandations à vos personnes dirigeantes locales ou de contacter directement votre député provincial afin de lui transmettre vos idées ou commentaires. Benoit Malo - Conseiller syndical au Service de la formation et de la mobilisation
Sylvie Roy a écrit le :
J'ai honte .. un commentaire un peu plus haut , utilise l'expression '' faire du ménage ''.. de quoi parle t'on au juste ? le syndicat n'est îl pas la pour protéger ses membres ? En quoi porter une foulard pourrait déranger qui que ce soit... .Nous ne vivons plus dans un petit monde fermé .. Nous devons restés ouvert sur le monde et les immigrants musulmans du Québec parlent un excellent français ,sont très instruits et souvent très bien intégrés ..pourquoi s,en prendre a la crème . Pourquoi faire en sorte qu'ils se sentent moins québécois ?? Si ménage il y avait a faire dans la fonction publique.. je me débarrasserais d'abord des personnes ignorantes ,rétrogrades et pleines de préjugés.,
Michel Poirier a écrit le :
Le seul "Ménage" à faire chère Catherine est plutôt de faire la lumière sur les nominations douteuses dans la Fonction Publique... Et Dieu sait qu'il y en a...!!! Ceci étant dit je rejoins assez bien les propos de Monsieur Malo, en ce sens qu'il est impératif d'assister aux différentes rencontres du syndicat avant de chialer...
Hanane a écrit le :
je suis vraiement triste que le syndicat encourage la discrimination et le rejet de certain(e)s employé(e)s au lieu de faire l'inverse. c'est un grand problème, on doit définir d'abord c'est quoi le rôle du syndicat............actuellement, je cherche une solution pour ne pas cotiser et payer vos salaires. vous devez avoir honte,votre position nous transmet juste un message de haine, d’intolérance.
houicne a écrit le :
Honte à vous, Mme Martineau. Vous avez indiqué dans les médias aujourd'hui que vous ne savez pas combien de membres seraient touchés par cette interdiction imposée par la charte. Vous n'avez mené aucune consultation au sujet d'une telle interdiction. Vous décidez au nom des membres selon vos propres convictions politiques plutôt que de prendre le temps d'analyser les conséquences. je ne suis plus syndiqué
Rana a écrit le :
J'étais la deuxième voilée dans la fonction publique il y a 11 ans maintenant quand j'arrive au bureau je me sens chez moi j'apprécie tout le monde autour de moi et personne a fait une plainte à cause de mon voile, je ne manque pas de respect ou de politesse envers mon entourage au contraire Ce que je regrette c'est chaque dollar que j'ai payé pour le syndicat depuis ce temps là pour qu'à la fin vous ne me défendez pas je refuse de le payer si vous ne me défendez pas c'est vraiment de la honte votre geste Et en plus vous n'avez pas consulté vos membres afin de prendre une telle décision La majorité des filles voilées que je connaisse préfèrent rester à la maison que d'enlever ce voile ça fait partie de nous Si l'état n'est pas capable de remplacer une secrétaire est ce qu'elle sera capable de remplacer toutes ces femmes...
Farid a écrit le :
Votre position et votre appuie à la charte de la HONTE démontre vos actes de discrimination et dévoile la haine que vous éprouvez envers les membres touchés et visés. Vous semblez avoir une dent contre une certaine confession dont je suis. Oops, mon prénom vous révèlera laquelle.
Michel Poirier a écrit le :
Faudrait peut-être établir la signification de laïcité... Donc ce qui est laïque, n'est ni ecclésiastique ni religieux, or excluant les Églises de l'exercice du pouvoir politique ou administratif, en particulier de l'organisation de l'enseignement et des services aux citoyens... De là si ici ce sujet est particulièrement sensible relève du fait que le Québec à été égorgé par le clergé sous Duplessis, crevure de mes deux, de 1930 à 1960... À cette époque, pas si lointaine, Duplessis et l'église avaient mainmise sur qui travaillerai et qui crèverai de faim... Pour savoir où on en est il faut regarder d'où l'on vient... Bref dans ce contexte le syndicaliste fut une bénédiction de la classe moyenne... Je demeure ni pour, ni contre un État laïque, bien au contraire, en ce sens que les accommodements raisonnables étaient bien correctes...
Fouzia a écrit le :
Y a-t-il un moyen pour ne plus payer de cotisations ? Vous prenez position pour une charte qui va à l’encontre des libertés individuelles et je dois vous payer pour ça ?!!! Une charte qui n’a même pas été adoptée qui plus est. Je suis bien placée pour dire qu’un État doit être Laïc, ça il n’y a rien à redire là-dessus, mais vous semblez confondre un État laïc et la liberté de pensée et des croyances. Je suis musulmane et je ne porte pas de foulard mais si cette charte devait être adoptée je démissionnerai sans hésiter parce que je pourrai pas travailler pour un gouvernement qui ne respecte pas les droits fondamentaux des travailleurs quels qu’ils soient. Même si je suis convaincue que cette charte ne sera jamais adoptée, le mal est fait, tous les regards sont tournés vers les personnes ‘’différentes’’ qui voient leurs efforts d’intégration de plusieurs années anéantis en quelques jours de même que des mois de travail et d’efforts de différents ministères pour intégrer les immigrants (surtout les femmes) dans le marché du travail. Quelle désolation …
leila.zenaini a écrit le :
Juste pour vous dire que vos commentaires me rassurent parce que j’ai pensé que les fonctionnaires ont été consultés. J’adhère à l’avis de tous ceux qui ont exprimé leur désaccord à cette Charte et je dis à mme Martineau : je suis fonctionnaire et voilée, je travaille dans le domaine juridique, j’adore mon travail grâce à mes collègues que je trouve tout simplement agréables.
Fatiha a écrit le :
Bonjour, Un petit rappel, votre syndicat est financé par notre contribution salariale. Cependant vous êtes censé nous défendre et nous consulter, faire des sondages auprès de vos membres et nous faire participer aux décisions qui nous touchent directement. Cette charte et contre les valeurs Québécois, alors arrêtez de dire que c’Est les valeurs Québécois c’est les valeurs de Madame Marrois auxquels vous adhérez en oubliant votre rôle principal. Cette charte vise à nous désintégrer alors que nous nous sommes très - biens intégrés. Non à cette charte et surtout non à la discrimination. Et si vous voulez vous inscrire dans l’histoire Madame Martineau Lucie, alors Soyez une Marie Curie, une Nelson Mandela, une Martin Luther King…etc. et non une Hitler. Soyez juste envers vos membres. Revoyez votre position et remettez-vous en cause : Quel est votre rôle principal? Faire de la politique ce n’est pas mauvais mais sans faire de discrimination. Et aussi faire valoir les droit de vos membres serez un de vos objectif principal. Et n’oubliez pas d’où vient votre financement. Maintenant je voie pourquoi Beaucoup d’employeur son contre les syndicats.
Luc a écrit le :
Bonjour, J’appui tous les commentaires qui vont dans le sens qu'on doit être consultés. Pour quoi on est obligé de cotiser une fortune sur chaque paie pour un syndicat qui prend des positions unilatérales pour servir ces propres intérêts et non les intérêts de ces membres ?
Amira a écrit le :
Je suis profondément déçue de cette position surtout émanant d'un syndicat qui est sensé défendre le travailleur quel qu'il soit. La fonction publique était un secteur qui nous a permis, nous immigrants d'intégrer le marché du travail, quelle que soit notre appartenance ethnique ou religieuse, elle nous a permis de démontrer nos capacités professionnelles et de nous épanouir dans un environnement qui nous a été des plus favorables et qui nous a donné ce sentiment qu'on était chez nous. Et là, avec cette position, on reçoit le coup de massue qui nous laisse perplexes. Demander à une musulmane d'enlever son hidjab pour pouvoir continuer de travailler c'est comme lui demander de s'arracher le coeur, surtout qu'elle n'a jamais essayer de quelque moyen que ce soit d'imposer une quelconque idéologie que ce soit sur sa religion, au contraire, elle a été des plus discrètes, elle a pu s'intégrer dans son milieu professionnel, en nouant des liens des plus agréables avec son entourage, ses collègues sans aucune espèce d'embûche. Mais là, que se passe-t-il...j'en reste sans mots...
souad a écrit le :
Je tiens à souligner ma déception et ma frustration de votre syndicat, suite à votre position sur la charte des valeurs québécoises, car on n’a pas été consulté. Et vous êtes prononcé sur le sujet en négligeons ces femmes qui sont directement la cible de cette charte.
bilel Z a écrit le :
"faite le ménage" incapable d'expliqué ce que je sens : un mélange de tristesse de colère, d'insécurité, ce type de message irresponsable ne fait qu’éloigné les idées et séparés l'effort de notre société vers le devant économique si les politiciens ont tort ont devraient pas les suivre
paul maurice a écrit le :
Après la lecture des commentaires, je ne peux qu’affirmer, qu’il y a beaucoup de poison envoyé de parts et autres. N’oubliez pas que c’est un projet pour le moment. Les forces politiques vives ne sont pas encore dans le feu de l’action; les parties d’opposition, le gouvernement fédéral, les municipalités, les commissions scolaires, l’enseignement supérieur, le système de santé et surtout, la population en général. Nous connaissons certaines opinions, mais rien de concret pour le moment. Finalement, comme bien des projets gouvernementaux, il se pourrait que celui-ci accouche d’une souris, ce ne serait pas la première, ni la dernière fois. Maintenant, pour avoir été dans un exécutif local d’une section syndicale du SFPQ, je dois dire qu’il arrive trop souvent que les assemblées générales aient de la grande difficulté d’obtenir le quorum. Le SFPQ a le devoir de vous informer, de vous consulter et d’agir. Mais vous aussi, les membres, vous avez l’obligation de vous renseigner, de soumettre vos idées, votre volonté en assemblée et aussi, d’agir. Et ça…
Denis René a écrit le :
Je suis d'avis que le syndicat représente tous ses membres dont ma collègue de travail qui porte le voile. Votre position en tant que syndicat la rejette comme personne alors c'est inadmissible. Qu'une femme présidente s'alligne à cette position discriminatoire surtout envers les femmes est aussi surprenante qu'inacceptable. Sorter de Québec et venez voir le vivre ensemble de Montréal et arrêter d'avoir peur.
Leon Africanus a écrit le :
Il me semble n'avoir jamais été consulté sur le sujet et je pense que cet institution que vous géré n'est point un dépanneur du coin. Je ne comprends pas votre logique, on appuie la manipulation électorale péquiste, ils vont être foutu dehors et la on fait semblant de les défendre (même si le mot défendre est très exagéré quand il s'agit de SFPQ, on a vu le résultat de vos négociations pour les augmentations et autres). En étant le syndicat, pouvez-vous m'indiquer de quel façon pourrais-je porter plainte contre vous.
MMe Monopinon a écrit le :
Bonjour, À mon entrée en fonction, j'ai dû adhéré au SFPQ et je cotise à chaque paye, donc je suis membre... Comme beaucoup ici, je ne me reconnais pas du tout dans la communiqué qu'a publié le SFPQ. Je dois dire que je n'aime pas vraiment l'idée qu'on parle au nom de tous les membres, sans avoir procédé à un sondage ou à une consultation, surtout sur des sujets aussi sensibles. D'autre part je suis tout à fait d'accord avec le message de Paul Maurice : si nous voulons exprimer nos idées et faire valoir nos points de vus auprès du Syndicat, nous avons le devoir de nous renseigner et de participer à la vie et du Syndicat. Franchement, combien d'entre nous ont déjà assisté aux assemblées ? Concernant la Charte en tant que telle : nous travaillons dans une équipe multidisciplinaire et multiculturelle, ce qui est très enrichissant. Personne n'impose rien à personne d'autre, chacun se respecte. Dans le cadre du travail, quelle que soit la tenue vestimentaire : la neutralité est toujours de mise. Il ne faut pas stigmatiser les gens en fonction de ce qu'ils portent, de leurs coupe de cheveux ou je ne sais quoi d'autre. Va t-on aussi finir par nous interdire de porter telle ou telle marque parce qu'elle véhicule tel ou tel message ? Interdire telle ou telle coupe ou couleur de cheveux parce qu'elle refléterait l'appartenance à un supposé groupe ? ...Bref, on pourrait continuer longtemps... Ce qui compte c'est le professionnalisme. Je ne vois pas pourquoi on crée un problème, là où il n'y en avait pas. Je pense qu'il serait bon pour le SFPQ de penser à consulter ses membres à l'avenir avant de se prononcer publiquement en leur nom pour des sujets aussi délicats, d'autant plus lorsqu'il s'agit de sujets avec une dimension politique. Pour éviter des tensions. D'autre part, il faudrait que les membres qui ne participent pas régulièrement à la vie du SFPQ (comme moi, je le reconnais) fassions le choix de nous impliquer ou non. Si l'on décide de ne pas participer et de ne pas exprimer nos idées, il sera plus difficile de se plaindre de ne pas avoir pas été écouté.
Jean-Philippe Baillargeon a écrit le :
Bonjour, En tant que représentant local à la vie syndical de la section Ministère de l'Environnement/BAPE/CEHQ, je prends connaissance d'un vaste malaise dans vos commentaires qui touche assurément des travailleurs de mon milieu. Moi-même je n'aime pas trop comment le débat a été amené par le gouvernement en ce moment. Pas plus qu'en 2007 pendant la campagne électorale d'ailleurs. Il se trouve que de part et d'autre on agite beaucoup la peur autour - d'éléments culturels jugés rétrogrades vis-à-vis des libertés individuelles et - de l'imposition de nouvelles contingences sur la liberté d'expression deux éléments dont on a de la difficulté à envisager la séparation parce qu'on les considère intimement liés et surtout acquis en Amérique du Nord. Pour ce qui est de la position du SFPQ envers une meilleure définition d'un État laïque, ou soit-disant neutre envers toute orientation religieuse, nous en avons discuté dans différentes instances et à différents niveaux en vue d'adopter une première position afin d'orienter la rédaction d'un mémoire déposé devant la commission Bouchard-Taylor en 2007. La démocratie représentative étant imparfaite comme elle est conçue ce sont les élus de chacune des sections syndicales qui ont débattus ensemble avec les mandats reçus de leur membres, leurs connaissances et leurs sensibilités avant de voter sur le projet final. Il y a rarement unanimité sur les votes et nous n'y sommes pas tenu. C'est la majorité qui l'emporte. Mais comme Monsieur Paul Maurice le dit, il est parfois difficile de représenter les idées de membres cotisants qu'on ne rejoint pas, qu'on ne rencontre pas, qui ne se sentent pas impliqués dans le processus de démocratie représentative. Cela peut-être dû à un manque de communication ou de rencontres entre les membres cotisants et leur représentants locaux, parfois par manque de temps parce que nous avons une équipe réduite et que nous ne sommes pas libérés à temps plein. Il arrive souvent que notre réseau d'antennes de première ligne, qu'on nomme délégués syndicaux, manque d'effectifs pour être bien attentif aux besoins du milieu de travail et du coup perpétue un manque d'arrimage pour consulter nos membres. Ce qui est le cas chez-nous. Au minimum, nous recevons des critiques positives ou négatives de la part des membres en période de buzz médiatique. Au mieux, des membres cotisants viennent nous offrir leur aide à mieux comprendre leur milieu de travail, surtout là où nous ne sommes pas physiquement, en se faisant élire par leurs paires. Bien souvent, il y a de la place parmi les représentants locaux pour mieux vous représenter, représenter vos idées, vos identités, vos valeurs communes et particulières. En tant que représentants locaux, nous sommes toujours fort satisfaits de porter des préoccupations réelles provenant directement d'échanges avec le plus grand nombres de nos membres cotisants dans nos réunions nationales et régionales. Ce qui nous permet d'avoir un point de vue large sur la mission de défense des droits socio-économiques de nos membres, et pas seulement de les défendre en dernier recours dans des litiges avec l'employeur. Il est vrai que nous devrions être en mesure de pouvoir vous consulter sur chacun des dossiers de réflexion sur lesquels nous devons travailler. D'ailleurs, pour des fins de transparence, à chaque assemblée générale annuelle, il doit y avoir un rapport annuel des chantiers sur lesquels nous avons planché. Au début de chacune de ces réunions, un ordre du jour vous est présenté auquel vous pouvez toujours proposer d'ajouter des points que vous jugez importants pour discussion ou en vue d'obtenir de l'information. Vous pouvez aussi trouver les sujets dont traite le SFPQ dans notre journal que vous recevez dès que vous devenez membre sur un base volontaire. Ceci dit ce n'est pas parce que vous cotisez que vous êtes automatiquement membre. L'employeur nous oblige à une étape de plus avant que vous ayez le droit de vote et de représentation, vous devez remplir un formulaire pour officialiser votre volonté de vous exprimer à travers le SFPQ. Je ne crois pas qu'il soit trop tard pour vous impliquer ou participer auprès de vos sections syndicales. Les enjeux sont parfois plus clairs plus on a d'yeux et de têtes.
Michael Hamel a écrit le :
La première chose que j'aimerais dire en tant que représentant syndical, c'est que la décision du SFPQ sur la laïcité de l'état c'est fait de façon démocratique. Ce qui veut dire que les représentants syndicaux que vous avez élu ont étudié la question en assemblée. Il y a eu débat pour finir par un vote. Ce vote a été confirmé par la délégation la plus grande du SFPQ, le Congrès. À cette instance, il y a des délégués de toutes les régions et toutes les ministères et organismes où le syndicat est présent. Maintenant, si vous n'êtes pas d'accord sur l'interprétation de cette décision (qui n'a pas été contesté à l'époque) qui découle directement de la position syndicale sur la Charte des valeurs québécoises, je vous invite à aller dans votre assemblée générale, à faire le débat avec les membres présents et si vous le souhaitez, adopter une résolution sur le sujet. Les dirigeants de vos sections auront ensuite l'obligation d'aller vous représenter dans les instances du SFPQ. Vous comprendrez que le SFPQ ne peut pas consulter ses membres pour toutes les positions qu'il prends, il ne pourrait pratiquement pas bouger ou cela serait beaucoup trop long par rapport à la nouvelle. Dans une démocratie, les membres doivent faire confiance en leurs élus. S'ils n'ont pas confiance par rapport à certaines de leurs décisions, ils doivent le manifester auprès de ceux-ci ou se présenter en opposition aux prochaines élections. Ce n'est pas plus compliqué que ça. Dans ce cas ci, si vous n'acceptez pas la décision du SFPQ, faite le savoir selon les règles. Pour une fois, aller à votre assemblée générale. Le débat se fera sereinement avec divers intervenants d'un côté comme de l'autre. Peut-être vous allez apporter des arguments qui vont changer la position de votre syndicat sur le sujet. Sur l'appuie ou le rejet de certains aspects du projet de loi du moins. Puisqu'il s'agit d'un projet de loi...ne l'oubliez pas. Et... pourquoi pas transmettre vos commentaires sur le site web créé à cet effet par le gouvernement ? Évidemment, soyez assuré que si ce projet de loi est adopté, le syndicat a le devoir de défendre les conditions de travail des membres. Si un membre se fait traiter injustement, le syndicat le défendra.
Somaya a écrit le :
Comment je peux faire confiance à un syndicat qui participe à mon élimination entant que travailleuse avant même que la charte ne soit adoptée et avant même de consulter ses membres . Vous dites : Le devoir de représentation du syndicat continuera de prévaloir. Chaque cas sera traité individuellement», Ah bon donc ca dépend de l’individu si je porte un signe religieux vous n’allez pas défendre mon droit de travailler mais si non là vous allez voir. Vous avez perdu votre crédibilité en tant que syndicat qui a pour rôle de défendre l’intérêt de ses membres quelque soit le membre.
David a écrit le :
réponse a Micheal Hamel. La charte des valeurs a été dévoilée seulement le 10 septembre, et le SFPQ a déclaré son appui le 11 Septembre. Donc je ne pense pas que le congrès auquel tu fais référence était organisé le 10 Septembre en soirée pour moi c’est impossible.je pense que tu fais confusion entre le débat sur la laïcité de l’état et la charte des valeurs, les personnes qui sont pour la laïcité de l’état ne sont pas forcément pour la charte des valeurs proposé par Mr Drainville. Je sais que c’est impossible de consulter les membres pour chaque décision mais pour un dossier assez important comme la charte je pense que c’était très souhaitable de consulter les membres ou de donner un peu de temps pour les membres de lancer un débat et non pas dans moins de 24 Heures le syndicat dévoile sont appui total a la charte en mentionnant comme ces 42000 membres sont tous d’accord. Sachant que parmi ces 42000 membres il y a des membres qui vont être congédie et malheureusement même le syndicat appui le projet de loi qui va servir a congédie ces membres, une chose que je n’ai jamais vu auparavant. Le SFPQ doit s’occuper des vrai problèmes de ces membres, comme le cout élevé des cotisations santé (les gens de Bien être social ont plus d’avantage que nous et on paie plus de 2200$ par année), la négociation pour la prochaine convention collectives et les échelles salarial (la différence entre le privé et l’état), …..
Michel Jadot a écrit le :
Je me demande si les gens qui sont contre comprennent bien la Charte des valeurs Québécoise qui est proposée....ou bien si les gens se fient à certains commentaires dans les journaux et internet... Quand les gens qui organisent des marches contre la Charte sont ceux qui veulent imposer la Charia et les tribunaux selon ''leur '' religion, je me questionne ? Pourquoi avons-nous si peur de défendre nos valeurs qui sont adoptées par la très très grande majorité des immigrants ? Un petit groupe d'extrémiste suffit-il à nous faire peur ? Quand à ceux qui critiquent la position de leur syndicat, je pose la question : Où étiez-vous lors de vos assemblées générales ?? Quand on dit le SFPQ doit s'occuper des vrais problèmes, posez-vous la question: C'est qui le SFPQ !!! La Charte aura certainement le mérite de réveiller beaucoup de membres, jamais vu autant de messages ici, mais étrangement la position du SFPQ sur les mines, n'a aucun commentaire et pourtant le sujet est juste entre les deux ''Chartes'' !!!! Aucun commentaire....bizarre!
david a écrit le :
Réponse à Michel Jadot Beaucoup de commentaires parce que ça touche les membres très directement, et quel impact : le congédiement. Si ce n’est pas moi qui va être congédie c’est mon collègue de travail. C’est la raison pourquoi il y a plein de commentaires, et même le débat dans les média s’occupe beaucoup de place que d’autres sujets. Peut être tu n’es pas très au courant et tu penses que c’est seulement les extrémistes qui sont contre (c’est on est d’accord sur un points commun ça ne veut pas dire qu’on est d’accord avec eux sur les autres points) mais tu peux regarder les médias pour être à jour, Mr Taylor et Mr Bouchard, l’ex député bloquiste Mme Mourani, toutes les autres parties politiques, quelques féministes, d’autres communautés culturelles, une partie des québécois francophones, une partie des québécois anglophones, ….. Le syndicat SFPQ est la seule qui a appuyé la charte sans demander des amendements. Elle est plus péquiste que le PQ.
Michel Jadot a écrit le :
David... qui va être congédié selon toi ??? Probablement ceux qui n'accepteront pas de vivre selon les valeurs du peuple du Québec. Lors des négociations qui touchent tous les membres, jamais vu autant d'activité, même dans les assemblées générales , il faut même payer un souper pour avoir le quorum de 10% des membres de peine et de misère ????? C'est pas nouveau que les groupuscules qui sont contre font beaucoup de bruit...c'est leur marque de commerce !! Les médias ne parlent que de ceux qui sont contre , la majorité qui est en faveur ...ils n'en parlent pas , j'espère juste que cette fois cette majorité ne se laissera pas faire!!! J'imagine que toi tu assistes à toutes tes assemblées syndicales et que tu lis le journal de ton organisation syndicale. Salutations
Michel Poirier a écrit le :
D'accord avec Michel, j'ai été 1e vice et c'était pénible aux meetings... Zéro participation... D'autre part il y a présentement un véritable génocide économique planifié des régions et pas grand monde ici s'en préoccupe... Toutefois ce qui touche Montréal c'est la tempête... Pourtant Montréal est un boulet pour l'État; 50% de la population québécoise siphonnant, bon an, mal an, 75 @ 80% du budget global de la province, le non-sens il est là...!!! Même si je ne suis ni pour, ni contre la charte, bien au contraire, Sic... Le rapport de plus de 300 pages de la commission Bouchard-Taylor, ne date pourtant pas d'hier, rendu public le 22 mai 2008, formulait 37 recommandations. Entre autres, il proposait au gouvernement du Québec de produire une charte sur la laïcité, de promouvoir l'interculturalisme, de mieux intégrer ses immigrants et de les protéger plus efficacement contre toute forme de discrimination. Alors si en 2008 vous étiez sur la "Lune" aujourd'hui j'en ai rien à battre de vos protestations... Fallait se réveiller avant sans perdre de vue que le rapport Bouchard-Taylor était public depuis plus de 5 ans... Essayez d'aller manifester en Gaspésie, juste pour VOIR...
Samah a écrit le :
Je trouve très honteux la position de mon syndicat, qui prélèvent directement et regulièrement un partie de mon salaire soit disant pour me protéger des injustices de mon employeur. et celui-ci veut, me mettre a la porte ???? Quelle honte, quelle deception !!! moi je ne veut plus être syndiquée.
Sema a écrit le :
Vous devriez consulter vos membres, ces personnes qui vous payent régulièrement et qui en ont l'obligation pour que vous protégiez leurs droits. Je suis absolument contre la charte et suis très décue d'être trahi par mon syndicat. Le Québec est une province faisant partie du pays qui est le Canada et qui lui protège nos droits.
Denise a écrit le :
J'aimerais bien savoir qui d'entre vous participent aux rencontres locales, aux assemblées régionales, aux congrès, aux conseil syndicaux? Ayez donc confiance en votre syndicat et soyez donc un peu plus aimable envers vos représentants. On a le droit de dire ce que l'on pense, mais gardez le respect comme vos représentants du SFPQ le font pour nous.
Nabil a écrit le :
Ce geste est irresponsable, prendre une position sur un sujet qui divise la société, que faites vous avec vos membres qui ne partagent pas cette position? Est-ce qu’il y aurait un moyen pour les membres qui constatent que le syndicat prend position contre eux de demander la suspension de leurs cotisations a ce syndicat?
Michel Jadot a écrit le :
Si je ne suis pas en accord avec certaines décisions des gouvernements est-ce que je peux cesser de payer taxes et impôts ???
Tarik Doghmi a écrit le :
Honte à vous, Mme Martineau! Avez-vous consultés les membres pour prendre une telle position?
Alain Massé a écrit le :
Bravo à mon syndicat pour sa prise de position. Comme employé de l'état, je n ai pas a me faire imposer aucun symboles religieux par un(e) autre employé(e), je veux un milieu de travail libre de tout symboles religieux, la religion est quelque chose de personelle et qui devrait rester à la maison.
Michel Poirier a écrit le :
Bien que le projet de charte ne soit pas mauvais Michel il devient évident que Madame la présidente s'est prononcée trop tôt... J'ai lu le projet d'un couvercle à l'autre et sûrement que des ajustements devront y être apportés sauf que la base est bonne, en ce sens que la charte ne laisse aucune place aux discriminations... Or vue les irritants du projet de charte il serait sage de stopper les échanges vides sur ce sujet, lesquels ne font qu'envenimer la mince ligne qu'est la solidarité syndicale... J'dis ça, j'dis rien, mais il n'y a pas de mal à réajuster le tir... D'autant que d'appuyer un employeur qui casse du fonctionnaire depuis plus de 30 ans est en soi un non-sens...
souad a écrit le :
C est honte de votre part madame d affiché vous couleurs politiques piquiste en oubliant le devoir de réserve,on plus vous avez trahie les fonctionnaires de l état pour un poste au conseil des statuts de la femmes .
Nabil a écrit le :
Mr Michel, as tu un problème avec mon prénom, tu devrais être poursuivi pour ces propos haineux, je suis québécois comme toi même si je ne suis pas catholique. La religion est quelque chose de personnel, pourquoi quelqu'un se donne le droit d'interdire à l'autre de porter un signe alors que l'autre ne demande à personne de le porter. C'est sûre que cette charte ne va pas passer avec la version actuelle mais elle nous a comme même divisé, mais le but à été atteint, le PQ a pu chercher quelques vois en région. Suite a plusieurs agression contre plusieurs personnes et familles d'une communauté cible par la charte, un recours collectif sera entamé contre le partie québécois pour tous le mal qu'il a cause à cette communauté, peut être que le syndicat sera aussi poursuivi.
Michel Poirier a écrit le :
J'espère que tu ne t'adresse pas à moi Nabil...? Primo je ne suis pas québécois non plus, je suis néo-brunswickois, que québécois par adoption... Sauf que je me suis plié aux valeurs québécoises... Étant anglophone de naissance aujourd'hui ma langue principale est le français, ma religion; athée selon sa définition officielle: Personne qui affirme sa non-croyance en quelque chose qui est énoncé sans preuve... "Thomas" serait plus approprié...
Michel Jadot a écrit le :
Nabil...tu est vite sur les propos haineux mais tu devrais voir que les propos haineux viennent très souvent contre les québécois qui sont traités comme des racistes alors que nous sommes les plus tolérants !! Comme tu dis la religion est ''personnelle '' alors pas besoin de se cacher le visage au Québec, vous pouvez aussi manger ce que vous voulez mais ne jouer pas dans nos assiettes...les accommodements pour un et l'autre pour toutes sortes de raisons, c'est assez...quand on vit en société,nos droits s'arrêtent la où celui des autres commence! La religion c'est la source de bien des problèmes !!!
Nabil a écrit le :
Encore une fois la désinformation, qui parle d'accommodement à part toi, je ne t'impose rien et je ne veux pas que tu m'impose ta croyance, on est tous citoyen égale, si tu crois que tu fais partie d'une catégorie de cytoyens qui a le droit d'imposer sa culture et sa croyance aux autres catégories de cytoyens alors c'est toi qui a un problème. Si tu manque d'argument ce n'est pas nécessaire de parler d'autres sujets ou tous le monde les soutient comme les accommodements pour justifier des lois qui discrimine certains cytoyens par apport aux autre. De ce que je sache un employé qui affiche sa croyance n'a pas demande d'accommodements, c'est de la pure désinformation. Mais tous le monde devrait dénoncer les agressions physique qu'ont subi dernièrement nos cytoyens appartenant à une certaine communauté.
Michel Jadot a écrit le :
Tout simplement parce que la Charte est justement ce qui fera cesser les accommodements, au fait qui demande des accommodements ??? Qui veut se promener voilé dans un pays libre, pour nous rappeler que certains pays n'ont pas les droits que nous avons ici et que vous partagez ou devriez maintenant...on parle donc de la même chose, mais quelques fanatiques de religions crient au loup pour rien et c'est pas des québécois catholiques, les églises sont vides ! l
Chantal a écrit le :
C'est bien beau tout cela, moi, j'aimerais savoir si Lucie Martineau va démissionner comme présidente du SFPQ après s'être fait acheter par le PQ ??? Quelqu'un qui mange à tous les râteliers, je ne suis pas capable. Mangue d'éthique et ne se doit-elle pas d'être apolitique ? Comment se fait-il que sa nommination n'ait pas encore fait partie d'une annonce du SFPQ ? Quelque peu gênant ? .
Nabil a écrit le :
C’est grave, même ici les propos haineux sont tolérés, voici le résultat de la position de notre syndicat. Puisque le syndicat a décidé de donner sa position sur un sujet politique, on attend qu’il donne sa position sur les agressions physiques que subissent les québécois d’une certaine communauté.
Danie Blais a écrit le :
Je tiens à vous rappeler que vous débattez d’un sujet précis sur la place publique; veuillez ne pas vous écarter dudit sujet. Également, sachez que cette page de commentaires n’est pas votre blogue où vous pouvez notamment publier du contenu offensant et anonyme. N’hésitez certes pas à prendre part à un débat sur notre site Web, mais faites-le avec sagesse et diplomatie. Le SFPQ rejettera les commentaires haineux, vulgaires, déplacés et anonymes, menaçants, obscènes et diffamants; un manque de respect répétitif de la nétiquette mènera à une suspension de votre adresse courriel. Danie Blais, conseillère en communication
Michel Poirier a écrit le :
Vous avez parfaitement raison Madame Blais... Sauf que là il faudrait peut-être expliquer aux membres, nous, la nomination plus que douteuse de Madame la Présidente au Conseil du statut de la femme... Laquelle nomination contestée par nul autre que Julie Miville-Dechêne Présidente du CSF... Un syndicat ne doit-il pas avant tout être transparent, or comme on assiste ici à "CACHE-CACHE" attendez-vous donc aux foudres des membres...!!!
Chantal Blanchet a écrit le :
Madame Blais, maintenant vous avez mon nom au complet. Je suis déléguée section 102, donc plus vraiement anonyme. J'ai écrit aux communications pour savoir quand, il y aurait un article sur Lucie Martineau. Vous voulez que l'on échange sur les bons sujets, alors faite en sorte qu'il y ait un article. Je crois qu'il serait mieux d'en débattre ici que dans des lettres ouvertes dans les journeaux ou autres. Merci Monsieur Poirier de comprendre mon point de vue et j'espère que d'autres membres feront des pressions afin que nous puissions nous exprimer sur le sujet.
dfdfgdfgd a écrit le :
Mme Blais, Nous avons le droit et la liberté d’expression (la Charte Canadienne). Quand une représente du Syndicat dont on est membre sort en publique pour annoncer qu'on est d'accord sur la charte de la discrimination, c'est un manque de professionnalisme, d'éthique et de respect envers les membres. Moi personnellement j'ai perdu tout le respect envers cette personne et je n'ai plus confiance au syndicat qu'elle représente, je trouve OBLIGATOIRE de dénoncer cette position (de Mme Martineau) partout, dans tous les forum publique et s'il faut aller en justice je le ferai, je n'ai pas peur de votre menace, et j'invite chaque membre à dénoncer la personne et sa position, de toute façon, la dernière nomination de Mme Martineau a démontré qu'elle n'a plus de place au SFPQ, et Je réclame sa démission immédiate. ...et vous pouvez la suivre
Michel Poirier a écrit le :
Vous savez Chantal il n’est pas négatif en soi que Madame Martineau soit membre du CSF, bien au contraire puisque c’est un signe d’une haute distinction, or tout à nos avantages en tant qu’employés de l’État que notre Présidente soit membre du Conseil du statut de la femme… La où le bât blesse est la façon que c’est faite cette nomination d’autant que la Présidente, madame Miville-Dechêne, semble selon toutes vraisemblances contre ces nominations… Donc plus une question d’honneur et de respect de ses membres que madame Martineau devrait, à mon humble avis, nous donner l’heure juste… Ceci-dit il est tout à fait vrai que le site du SFPQ, notre site, devrait se démocratiser… J’dis ça, j’dis rien, sauf qu’il est démontré, hors de tout doute, que les « Forums de discutions » sont bénéfiques à l’achalandage donc à la participation des membres… Bref une section « Forum » avec des « Modos », modérateurs, et go l’affluence…
Danie Blais a écrit le :
Chère ou cher dfdfgdfgd, Je tiens à vous rappeler que le SFPQ rejettera les commentaires rédigés sous pseudonymes. Ce n'est pas une menace, mais un fait, une procédure tout à fait normale chez de nombreuses entreprises. Danie Blais, conseillère en communication au SFPQ
Audrey Boily a écrit le :
Bonjour, Je suis quelque peu mal à l'aise avec les commentaires de ce billet. Il est certain que le fait d'avoir, d'emblée, annoncé l'entière adhésion du SFPQ à la Charte des valeurs est très exagéré et je ne considère pas cette action comme étant réaliste et transparente vis-à-vis des membres. Toutefois, nous avons effectivement voté pour une Charte de la laïcité en 2012. Les deux Chartes sont directement liées et il est difficile de les dissocier complètement. Par contre, comme population, il est de notre devoir de bien analyser les choses et de faire la part des choses.
Nabil a écrit le :
Le SPGQ (Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec) est plus professionnel que notre syndicat, il a décidé de ne pas prendre position envers la charte de la honte, j’espère avoir ma nomination très prochainement pour ne plus faire partie du SFPQ, un syndicat qui prend position avec l’employeur contre une partie de ses membres.
peace and love a écrit le :
Je suis muslumane et je porte le voile. L'islam ne se limite pas à un tissu sur la tête. L'islam c'est l'art de vivre en respectant les autres. Maintenant, si on parle de mon voile que je porte avec tellement de style et de couleurs , que même un québecois m'a dit que j'etais la plus belle musulmane de Revenu Québec, je ne comprend pas comment il peut vous déranger ??? J'ai une BAC en comptabilite , pas un Bac. en B.S , je vous laisse choisir entre quelqu'un qui veux travailler et payer ses impôts ou attendre à la maison son chèque le premier du mois parce qu'on lui refuse le travail à cause de ses valeurs personnelles.
johane Hébert a écrit le :
En lisant les commentaires on voit très bien qui va aux réunions syndicales et qui n'y va pas... Je suis pro-charte, pro-laïcité de l'état. La neutralité religieuse est aussi essentielle que la neutralité politique dans notre travail. La seule façon de pouvoir inclure toutes les religions dans la fonction publique est d'en affucher aucune. Je respecte le choix de certains musulmans de refuser d'être neutre, à eux d'en assumer les conséquences.

Nétiquette