SFPQ - Syndicat de la fonction publique du Québec

/ Services publics

Réouverture des bureaux régionaux du MIDI : Le SFPQ salue l’initiative gouvernementale

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) se réjouit de la volte-face du gouvernement Couillard qui a décidé de rouvrir les bureaux régionaux du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI). Cette décision survient quelques jours après les critiques virulentes du Vérificateur général du Québec sur la gestion du MIDI, constate le SFPQ. Rappelons qu’en 2014, le Syndicat dénonçait l’abolition, par ce même gouvernement, des directions régionales de Québec, Sherbrooke, Gatineau et Trois-Rivières ainsi que la fusion des bureaux de Montréal, de la Montérégie et de Laval . Quelque 125 personnes étaient à pied d’œuvre dans ces bureaux pour offrir des services à la population. La fermeture des bureaux régionaux du MIDI s’ajoutait à celle du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) et du Conseil du statut de la femme (CSF).

« Aujourd’hui, le gouvernement constate que la fermeture des bureaux du MIDI était une erreur et que le ministère s’était éloigné de sa mission d’intégration. L’essentiel des mesures d’intégration avait été confié à des organismes communautaires trop peu financés qui, hors de Montréal et de Québec, ne pouvaient plus compter sur la présence du personnel d’un bureau régional du MIDI pour les appuyer dans leur intégration aux différentes facettes de la vie québécoise », rappelle le président général du SFPQ, Christian Daigle.

Contrairement à ce qu’a annoncé le gouvernement hier, le SFPQ souhaite que la mission du personnel du MIDI ne se limite pas à l’accompagnement sur le marché du travail des nouveaux arrivants. Le SFPQ considère que le MIDI devrait également redevenir maître d’œuvre des différents services de francisation offerts au Québec. « Nous souhaitons que le Ministère reprenne sa place auprès des immigrants, notamment en participant activement aux classes d’intégration en collaboration avec les organismes communautaires. Il faut également redonner à notre ministère de l’Immigration les moyens de prendre en charge la francisation au Québec. Ce qui, malheureusement, ne pourra se concrétiser si le gouvernement ne bonifie pas l’enveloppe budgétaire annoncée. Sur cette question, nous allons talonner le gouvernement  », indique monsieur Daigle.

Si vous avez une question à adresser au SFPQ, prière d’utiliser ce courriel : communication@sfpq.qc.ca.