SFPQ - Syndicat de la fonction publique du Québec

/ Vie syndicale

FORMATIONS

16 AVRIL 2014 : Formation Comité de surveillance / Bureau régional Matane

6 et 7 mai 2014 : Formation nouveaux délégués pour les sections, 601,604,608,609,613, et secteur 683 / Hôtel Rimouski salle le Navigateur

10 et 11 juin 2014 : Formation nouveaux délégués pour les sections, 603 et 607, Hôtel le Gouverneur, Sept-Iles.

12 juin 2014 en avant-misi seulement : Formation ( violence en milieu de travail ) section 607 ( seulement pour les délégués n'ayant pas reçu cette formation ), Hôtel le Gouverneur, Sept-Îles

13 juin 2014 en avant-midi seulement : Formation ( violence en milieu de travail )section 603 ( seulement pour les délégués n'ayany pas reçu cette formation ), Hôtel-Motel HauteRive, Baie-Comeau.

17 et 18 juin 2014 : Formation nouveau délégués pour les sections 605, 606, 610 Motel Chandler, salle Internationale. 

Lire l’article Commentaires (0)
/ Conditions de travail

1er mai - Fête des travailleuses et des travailleurs région de Québec

Le 1er mai 1886, 300 000 travailleuses et travailleurs lancent, à Chicago, un mouvement de grève pour obtenir la journée de travail de huit heures. Une répression policière sanglante s'ensuit : des militants syndicaux sont arrêtés et condamnés à mort. Quatre d'entre eux sont pendus. Six ans plus tard, ils seront innocentés. Ces événements ont érigé en symbole la lutte et le sacrifice de ces quatre personnes pour l'amélioration des conditions de travail et de vie de l'ensemble des travailleuses et des travailleurs. Au Québec, le 1er mai est célébré depuis 1972. C'est une occasion privilégiée d'affirmer nos convictions et nos revendications.

Bonne fête internationale des travailleuses et des travailleurs !

Pour plus d'informations

Lire l’article Commentaires (1)
/ Services publics

S'occuper des vraies affaires

Québec, le 8 avril 2013 – Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) demande au nouveau gouvernement libéral de s'occuper des vraies affaires : Le maintien des services publics lequel a jadis été fort lésé par le néolibéralisme du gouvernement de Jean Charest. « Le premier ministre Philippe Couillard et son équipe devront gouverner avec intelligence et transparence pour permettre aux Québécoises et aux Québécois d'améliorer leur qualité de vie. Aujourd'hui, les services publics de proximité, un levier de développement régional pourtant essentiel, sont injustement mis en péril par manque d'effectifs, notamment. Il faut mettre un frein à cette catastrophe sociale. Les services publics doivent non seulement rencontrer de hauts standards de qualité, mais ils doivent aussi être accessibles à tous, et ce, partout sur l'ensemble du territoire québécois », d'énoncer avec énergie la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau.

Lire l’article Commentaires (5)
/ Conditions de travail

4 heures pour aller voter

En vertu des dispositions de l’article 335 de la Loi électorale, le personnel d’une entreprise doit bénéficier d’une période de temps minimale de quatre heures pour se rendre voter.

C'est la loi électorale qui s'applique et non la convention.

Il faut bien comprendre qu'il ne s'agit pas d'un congé de 4 heures, mais bien d'une période de 4 heures pour aller voter. Si quelqu'un termine son travail à 16h, il n'a droit à rien puisqu'il lui reste 4 heures pour aller voter.

Site internet du DGEQ:Q. : Mon employeur doit-il m'accorder un congé pour aller voter?

R. : L'obligation d'accorder à ses employés une période consécutive de 4 heures pour aller voter le jour du scrutin est imposée à l'employeur par l'article 335 de la Loi électorale (chapitre E-3.3).

Employés et employeurs visés

Ce congé s'applique à tout employé, qu'il travaille à temps plein ou à temps partiel et vise tous les employeurs qui exercent leurs activités au Québec, même ceux sous juridiction fédérale.

Droit de gérance de l'employeur

Ainsi, il revient à l'employeur de s'assurer que ses employés qui ont la qualité d'électeur disposent de 4 heures consécutives pour voter. Toutefois, en vertu du droit de gérance et sous réserve des clauses syndicales ou de quelconques normes qui pourraient s'appliquer au milieu de travail concerné, l'employeur est généralement maître de l'horaire de ses employés.

L'employeur peut donc apporter des modifications à l'horaire de ses employés pour favoriser l'exercice du droit de vote le jour du scrutin, et ce, pour autant que ces modifications ne soient pas équivalentes à une réduction de salaire ou à une sanction.

L'employeur peut inviter ses employés à exercer leur droit de vote lors des autres journées prévues pour le vote, soit lors du vote par anticipation le 30 et 31 mars 2014 ou lors du vote au bureau du directeur du scrutin le 28 et 29 mars 2014 et du 1er au 3 avril 2014. Toutefois, l'employeur ne peut obliger un employé à voter durant ces journées.

Infractions prévues par la loi

Si aucun aménagement du temps de travail n'est proposé à l'employé ou n'est envisageable ou encore si l'employeur n'a pas pris les dispositions nécessaires permettant aux employés de manifester leur volonté de bénéficier d'une période de  pour voter, l'employeur qui refuse alors à un employé le congé de 4 heures est susceptible de commettre une infraction et est passible, pour une première infraction, d'une amende de 1 000 $ à 10 000 $ dans le cas d'une personne physique et de 5 000 $ à 30 000 $ dans le cas d'une personne morale. Il en est de même pour un employeur qui accorde le congé demandé, mais en y associant une réduction de salaire ou une autre sanction.

(Source: site du DGEQ)


Lire l’article Commentaires (2)
/ Négociation

SIGNATURE CONVENTION COLLECTIVE / SEPAQ

La signature officielle des conventions collectives touchant la très grande majorité du personnel de la Sépaq a eu lieu le vendredi 14 mars dernier. Le renouvel...lement des conventions collectives d'une durée de 5 ans couvre le personnel des 22 parcs nationaux, des 16 réserves fauniques, du Manoir Montmorency, de la Station touristique Duchesnay, du Siège social Auberge et Golf Fort-Prével, Campings, Centres touristiques, Parc de la Chute-Montmorency et finalement de l'Auberge Port-Menier.

« Cette négociation nous aura permis de trouver des solutions concrètes à plusieurs problématiques soulevées par nos membres, et ce, sans encaisser de recul tout en améliorant la structure salariale », a expliqué la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau.

Par ailleurs, la révision et la validation des textes finaux se poursuivent pour le renouvellement de la convention collective à l'Aquarium du Québec. Rappelons que les membres de l'Aquarium ont avalisé, la semaine dernière, l'entente de principe conclue par le SFPQ avec l'employeur.

Lire l’article Commentaires (0)
/ SFPQ

Activité régionale du 13 mars 2014 de la journée internationale des femmes "Des clés à la portée de toutes"

Dans le cadre de la Journée internationale des femmes 2014, l’activité régionale de la région Québec — Chaudière-Appalaches s’est tenue le 13 mars dernier au siège social du SFPQ. C’est avec enthousiasme et originalité que les organisatrices de ce rendez-vous annuel ont proposé un souper-conférence sous le signe de l’humour et de l’indignation. Mme Monique Voisine, conseillère au SFPQ a accepté l’invitation pour l’allocution d’ouverture de la soirée suivie de la conférencière, Mme Caroline Allard, auteure des « Chroniques d'une mère indigne » qui a partagé avec son auditoire, les divers aspects et tabous de la maternité.

Lire l’article Commentaires (0)
/ Langue de l'Administration publique

Grand débat sur la langue française

MAtv, en collaboration avec Partenaires pour un Québec français, présente un grand débat sur la langue animé par la journaliste Ève Couture.

Pour débattre et faire le point sur l’anglicisation de la société ainsi que sur les avancées et reculs de la langue française au Québec, MAtv recevra la candidate du Parti Québécois dans Crémazie, Diane De Courcy, le candidat de la Coalition Avenir Québec dans Mercier, Alain Clavet, le candidat de Québec solidaire dans Hochelaga-Maisonneuve, Alexandre Leduc de même que le candidat du Parti libéral du Québec dans LaFontaine, Marc Tanguay. 

Lire l’article Commentaires (0)
/ Langue de l'Administration publique

Le nécessaire renforcement de la Charte de la langue française

Dans le cadre de la campagne électorale québécoise, la coalition Partenaires pour un Québec français (PQF) demande à tous les partis politiques de s’engager à bonifier la Charte de la langue française en allant plus loin que ce que le projet de loi 14 du gouvernement sortant proposait.

Lire la lettre ouverte dans Le Devoir

Lire l’article Commentaires (0)