SFPQ - Syndicat de la fonction publique du Québec

/ Services publics

La Gaspésie, l’éternelle laissée-pour-compte

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) déplore que la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) utilise sa négligence dans l’entretien du complexe touristique de Fort-Prével comme alibi pour mettre fin à ses activités. « Il s’agit carrément de sabotage. On détruit pièce par pièce cet atout formidable pour le tourisme de la région en laissant pourrir sur place ses infrastructures. Comment est-ce que la SÉPAQ peut s’appuyer sur une baisse de la fréquentation pour prendre la décision de fermer dans ces conditions ? », s’indigne Hélène Chouinard. Les travailleuses et travailleurs de Fort-Prével, membres du SFPQ, soulignent que plusieurs facteurs étaient en cause dans la baisse d’achalandage tels les bâtiments négligés, les heures coupées en restauration ainsi que le manque de publicités depuis plusieurs années.

Le SFPQ se questionne sur la volonté véritable de la SEPAQ de vouloir vraiment conserver le cachet unique qu’offrait ce site enchanteur dans la région.  La fermeture probable de Fort-Prével engendra des pertes économiques importantes pour les secteurs de Gaspé et Percé. 

La suspension des activités ayant été officialisées vendredi dernier suite à la fin de l’appel d’offres qui n’a pas trouvé preneur.  La SÉPAQ a d’ailleurs fait preuve de très peu de transparence en ce qui concerne la situation budgétaire réelle de l’établissement. C’est une trentaine d’emplois en péril dans la région.  « Pendant que les millions pleuvent sur Québec et Montréal pour du développement économique, la SÉPAQ brade une infrastructure clé du tourisme gaspésien. Aucune des propositions avancées par la communauté pour préserver le site n’a été considérée sérieusement. », déplore Hélène Chouinard. 

Le tourisme gaspésien traverse une crise importante. Nous demandons l’intervention immédiate du nouveau ministre responsable de la région, Sébastien Proulx.  

Le SFPQ est un syndicat indépendant qui regroupe environ 42 000 membres à travers le Québec, dont quelque 31 000 d’entre eux sont issus de la fonction publique québécoise et répartis comme suit : près de 27 000 employés de bureau et techniciens et environ 4 000 ouvriers travaillant au sein de divers ministères et organismes. Les 11 000 autres membres proviennent du secteur parapublic. 

Si vous avez une question à adresser au SFPQ, prière d’utiliser ce courriel : communication@sfpq.qc.ca.