SFPQ - Syndicat de la fonction publique du Québec

/ Finances publiques

Le Comité national des jeunes du SFPQ se dit déçu des clauses « orphelin » en vigueur

Le Comité national des jeunes du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec se réjouit de certaines mesures incluses dans le projet de loi no 176, Loi modifiant la Loi sur les normes du travail et d’autres dispositions législatives afin principalement de faciliter la conciliation famille-travail.

Le Comité salue notamment l’introduction d’une interdiction des clauses de disparité de traitement dites clauses « orphelin » pour les régimes de retraite et les autres avantages sociaux.

Cependant, le Comité ne cache pas sa déception de voir le gouvernement maintenir les clauses « orphelin » actuellement en vigueur. En effet, cette proposition ne correspond pas à l’engagement pris par les libéraux à l’Assemblée nationale dans le cadre de la motion unanime sur la question adoptée le 1er décembre dernier. En refusant de mettre fin à cette discrimination éhontée contre les jeunes, le gouvernement est donc complice de cette profonde injustice que subissent des dizaines de milliers de travailleurs et travailleuses au Québec.

Le Comité note aussi l’ironie de cette situation puisque le gouvernement libéral, en souhaitant éliminer les clauses « orphelin », doit recourir à une clause orpheline dans son projet de loi. C’est pourquoi le Comité national des jeunes demande au gouvernement d’étendre l’interdiction aux conventions collectives déjà signées afin d’éliminer toutes les clauses de disparité de traitement. L’État ne peut tout simplement pas se permettre le maintien de cette disparité intergénérationnelle.

Si vous avez une question à adresser au SFPQ, prière d’utiliser ce courriel : communication@sfpq.qc.ca.