SFPQ - Syndicat de la fonction publique du Québec

/ Sous-traitance

Multiplier les organismes ou les mécanismes de vérification de la gestion contractuelle au gouvernement du Québec ne changera rien, selon le SFPQ

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) estime que le projet de loi no 107, Loi visant à accroître la compétence et l’indépendance du commissaire à la lutte contre la corruption (UPAC) et du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), ainsi que le pouvoir du directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) d’accorder certains avantages à des témoins collaborateurs passe à côté de l’essentiel. Le président général du SFPQ, Christian Daigle, a expliqué en commission parlementaire que le projet de loi no 107 ne permettra pas de réduire significativement le risque de corruption, de collusion ou d’autres types de pratiques répréhensibles autour des contrats publics, pour la simple et bonne raison qu’il ne s’attaque pas du tout à la racine des problèmes, soit la prolifération de la sous-traitance dans le secteur public québécois. 

Lire l’article
/ Sous-traitance

Rapport de la vérificatrice générale : L’expertise doit être reconstruite au MTMDET, constate le SFPQ!

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) n’est guère surpris des nouvelles lacunes soulevées par la vérificatrice générale (VG), Guylaine Leclerc, dans la gestion des contrats au ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des Transports (MTMDET). Dans le deuxième volet de son audit particulier déposé ce matin, la VG souligne à grands traits les difficultés du ministère à exercer un contrôle rigoureux sur les centaines de millions de dollars en contrats accordés à des firmes externes dans le contexte où le ministère demeure affaibli sur le plan de l’expertise.

Lire l’article
/ Sous-traitance

Les rapports accablants s’accumulent en informatique, le gouvernement fait du surplace

Le rapport de la Vérificatrice générale du Québec, Mme Guylaine Leclerc, déposé ce matin, confirme ce qui était déjà une évidence pour le SFPQ : après plus de 10 ans de gouvernement libéral, la gestion des ressources informationnelles au gouvernement du Québec soulève toujours autant de questions. Dans son rapport la VG indique que le recours aux ressources externes est encore présent dans les ministères et les organismes, et ce, de façon récurrente et sur de longues périodes.  

Le SFPQ est particulièrement troublé par les problématiques touchant à l’absence de clause de pénalité et l’absence d’application de ces pénalités quand une telle clause existe.

Lire l’article
/ Sous-traitance

L’UPAC et le SFPQ même constat : Québec doit augmenter son expertise en informatique

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) accueille favorablement les recommandations de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) dans le domaine des technologies de l’information au gouvernement du Québec. À la demande du Conseil du trésor, l’UPAC a dévoilé mercredi un rapport qui contient 13 recommandations pour que cessent les fiascos en informatiques. Le commissaire de l’UPAC, Monsieur Robert Lafrenière, estime qu’une des façons d’y arriver est d’augmenter l’expertise interne dans les ministères et organismes. « L’UPAC confirme ce que nous répétons depuis des années : l’hémorragie d’expertise interne doit cesser si l’État veut reprendre le contrôle sur les dépenses et les projets en technologie de l’information », indique la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau.

Lire l’article
/ Sous-traitance

La promotion du Québec livrée au secteur privé

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) dénonce la fermeture des bureaux de la direction du marketing et des relations de presse du ministère du Tourisme. Selon les informations transmises au personnel, la promotion touristique du Québec serait livrée, dès le printemps 2016, à un nouvel organisme contrôlé par les gros joueurs de l’industrie. 

Selon ce qu’a appris le SFPQ, plusieurs suppressions de postes sont à prévoir. Tourisme Québec n'aurait plus aucune activité à Montréal et à Québec. Cette décision aurait pour conséquence que tous les fonctionnaires, professionnels et cadres de la direction du marketing et des relations de presse perdraient leur poste à partir du 1er  avril 2016.

Lire l’article
/ Sous-traitance

Stratégie technologies de l'information : Le SFPQ a hâte d’enfin constater les aboutissements

Québec, le 19 juin 2015 – Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) est assez surpris de l’annonce faite ce matin par le président du Secrétariat du Conseil du trésor, Martin Coiteux, lequel a dévoilé sa stratégie pour mettre de l’ordre dans le secteur des technologies de l’information au gouvernement du Québec.

L’annonce de M. Coiteux est surprenante, car le Syndicat ne constate nullement sur le terrain ce désir d’améliorer l’État par, notamment, la réduction de la sous-traitance. À titre d’exemple, le SFPQ rappelle la démarche récente du conseil d’administration de la CSST pour remplacer 55 ressources externes en informatique par du personnel interne. Cela leur permettrait d’économiser 2,5 millions de dollars. « Cette décision de la CSST a été prise en novembre dernier et, encore aujourd’hui, le Secrétariat du Conseil du trésor n’a pas donné son aval, de pointer la vice-présidente du SFPQ, Denise Boileau.

Lire l’article
/ Sous-traitance

Les contribuables québécois paient jusqu'au double du prix pour la sous-traitance

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) a présenté ce matin une série d'exemples où le recours à la sous-traitance par le gouvernement du Québec entraîne une explosion des coûts par rapport à l'exécution du travail par le personnel de la fonction publique. La sous-traitance dans les secteurs des services et de la construction représente plus de 8 000 contrats totalisant plus de 4 milliards de dollars annuellement. Plusieurs études, dont celles du Vérificateur général du Québec, ont démontré qu'il est systématiquement plus cher d'avoir recours à la sous-traitance pour des activités récurrentes comme l'entretien des routes ou le support aux usagers dans le domaine informatique pour ne nommer que celles-là.

Pour visionner la conférence de presse.

Lire l’article
/ Sous-traitance

Contrats informatiques : le SFPQ se demande pourquoi le gouvernement Couillard refuse encore une enquête publique

Québec, 6 novembre 2014 – Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) est extrêmement déçu que le gouvernement libéral et l’opposition péquiste aient refusé, plus tôt aujourd’hui, la motion du député caquiste, Claude Surprenant, concernant le déclenchement d’une enquête publique sur l’octroi et la gestion des contrats informatiques au gouvernement. Le SFPQ réclame la tenue d’une telle commission publique dans le domaine des technologies de l’information pour examiner la sous-traitance en informatique.

Lire l’article
/ Sous-traitance

La Loi sur la fonction publique contournée pour favoriser la sous-traitance en informatique, déplore le SFPQ

La Commission de la fonction publique du Québec (CFP) donne raison au Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), qui avait demandé d’enquêter sur l’embauche de ressources externes au détriment du personnel de la fonction publique. Dans la seconde phase de son rapport de vérification qui vient d’être publié, la CFP conclut que près de la moitié (41 %) des contrats en informatique qui font l’objet de vérifications dans cinq ministères et organismes était assimilable à des contrats de travail. Il s’agit du Centre de services partagés du Québec (CSPQ), de la Commission administrative des régimes de retraite et d’assurances (CARRA), de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST), du ministère des Transports du Québec (MTQ), de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) et de Services Québec. Parmi les motifs recensés justifiant le recours à la sous-traitance dans ce rapport, nous y retrouvons le manque d’expertise et la pénurie de main-d’œuvre.

Lire l’article
/ Sous-traitance

Le SFPQ demande au ministre des Transports de renforcer l’expertise interne sans créer une nouvelle structure

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) appuie certains aspects de la stratégie pour contrer les dépassements de coûts des contrats publics, déposée aujourd’hui par le ministre des Transports, Sylvain Gaudreault. Tout comme le ministre, le Syndicat mise sur le renforcement de l’expertise interne pour contrer les déficiences de planification et de conception des travaux. Toutefois, le SFPQ s’oppose fermement au moyen mis de l’avant par le ministre, c’est-à-dire, la création d’une agence des transports à l’extérieur du giron de la fonction publique.

Lire l’article